Association humanitaire de sapeurs - pompiers


​SDF : Fausses promesses, vrais morts

Communiqué de presse du 13 mars 2015


Faute de réponses concernant les personnes SDF, nous avons souhaité adresser une lettre au Ministère des affaires sociales, de la santé et des droits des femmes.

Nous vous demandons de partager cette lettre le plus possible. Votre soutien est indispensable pour aider les plus démunis. 

Lettre ouverte

lettre_ouverte.pdf Lettre ouverte.pdf  (1.16 Mo)



Madame Ségolène NEUVILLE
Secrétaire d'État chargée des Personnes handicapées
et de la Lutte contre l'exclusion, auprès de la ministre des Affaires Sociales.


Madame le Ministre,

Le jeudi 4 décembre 2014, nous nous sommes rendus au Ministère des affaires sociales, de la santé et des droits des femmes.

L’objectif  était de présenter le kit de survie pour les personnes SDF et de demander la mise   en place de mesures pour sortir de cette urgence ; catastrophe humanitaire que subissent plus de 150 000 personnes dans notre pays en vivant dans la rue. 

Parmi ces 150 000 personnes des enfants vivent également dans la rue : nous avons notamment aidé en début d’année une famille à la rue avec deux enfants de 6 et 8 ans...

Parmi cette population, on compte de plus en plus de jeunes et de femmes seules mais aussi de personnes atteintes de lourdes maladies. En effet, Madame le Ministre, des personnes dorment dehors alors qu’elles ont des pathologies physiques ou psychologiques lourdes, certaines sont en phase terminale ! Beaucoup de gens sont porteurs d’hépatites, le nombre d’infections respiratoires augmente et les problèmes d’addiction aussi.

A ce jour, nous n’avons aucune réponse concernant le kit de survie, soutien indispensable pour les personnes non prises en charge par le 115.

Faute de réponses, notamment de Madame Marie – Automne THEPOT conseillère en charge de la lutte contre l'exclusion, nous souhaitons vous adresser cette lettre.

Force est de constater que cela ne doit pas vous intéresser, comme cela n’intéresse pas le chef de l’Etat qui depuis son élection n’a mis en place aucune  mesure proposant des solutions. Il n’existe aucun réel engagement du gouvernement en faveur des personnes SDF.

Plutôt que de s’occuper de ces 150 000 personnes en danger, que fait le gouvernement ? Il communique. Quand on enlève ses promesses, il ne reste rien, ou si peu.
 
Malgré les annonces, le logement n’est pas une grande cause nationale pour ce gouvernement : la loi DALO est dans une impasse. Celle –ci étant également en incohérence avec une prise en charge saisonnière.
 
D’autres pays européens se sont attaqués courageusement au problème des personnes sans domicile fixe. Des politiques sont possibles, mais à long terme. Des politiques qui associent prévention, droit au logement, structures adaptées et effort budgétaire. Tout ce que notre gouvernement ne semble pas prêt à faire.

Pourtant, Madame le Ministre, des personnes abandonnées à leur sort meurent dans la rue. En France, la population de SDF a augmenté de 44 % en onze ans.
 
Madame le Ministre,

La situation des personnes SDF est catastrophique à ce jour et  peut malheureusement  s’aggraver dans les prochains mois avec un risque important de voir des personnes à faibles  revenus se retrouver sans logement.

Mais comment pouvez-vous  savoir à quoi ressemble la réalité de terrain ?

"C’est complet ! Je suis désolé, il n’y a plus de place !, rappelez demain ! " Voilà des mots assenés régulièrement aux personnes sans-abri qui cherchent un hébergement. Le secteur de l’aide aux sans-abri est saturé été comme hiver. Tous les jours, des travailleurs sociaux doivent laisser sur le pavé des personnes qui n’ont d’autre choix que de venir demander de l’aide pour être hébergées.

Beaucoup de SDF préfèrent rester dans la rue, même par grand froid, plutôt que de rejoindre les centres d'hébergement. Il est vrai qu'il manque de places dans ces centres, mais les réticences se fondent le plus souvent sur l'ambiance qui y règne : violence, vols, promiscuité, et sur les règles strictes : ne pas boire d'alcool, réserver sa place et partir tôt le matin.

Vous nous ignorez comme vous ignorez de nombreuses associations humanitaires qui vous parlent d’urgence vitale.
Vouloir aider en France est un parcours du combattant : nous sommes considérés comme des opposants au lieu de nous considérer comme des alliés.

Votre manque de considération, votre silence est inadmissible et marque votre désintéressement concernant les oubliés de notre république

J’espère, Madame le Ministre, que le dossier que nous vous adressons de nouveau concernant les personnes SDF recevra enfin des réponses et permettra de trouver des solutions avec d’autres acteurs du terrain. 

 Recevez, Madame le Ministre, mes salutations les plus respectueuses.


                            Pour le GSCF
                            Thierry VELU
                            (Président-Fondateur du
                            Groupe de Secours Catastrophe Français)
GSCF 
BP 80 222 
59654 Villeneuve d'Ascq Cedex 
Tél : + 33 (0) 03 20 71 77 39
 
Formulaire de contact  

 

Dossier