Association humanitaire de sapeurs - pompiers


​SDF, lettre d'un président écoeuré.

Le 23 octobre 2016


Cette lettre a pour but d'exprimer un profond écoeurement face à une société qui se déshumanise.

Devenir SDF peut arriver à tout le monde. Des personnes âgées peuvent demain être mises dehors comme cela fut le cas la semaine dernière où une personne de 85 ans a été expulsée de son domicile. Lire

De plus en plus, des personnes souffrent de ne pas pouvoir finir les fins de mois et de nombreux travailleurs se retrouvent à dormir dans leur voiture, faute de moyens pour garder leur logement.

Depuis plusieurs années, je demande des mesures pour les primo arrivants à la rue pour leur éviter la mise à la rue et une descente aux enfers.

Cette prise en charge immédiate des primo  arrivants permettrait de faire des économies et éviter des drames. Economies car sortir une personne de la détresse est plus simple que sortir une personne ayant effectué plusieurs années dans la rue. Une logique face à des personnes déconnectées de la réalité qui voudraient nous dire ce qu'il faut faire sans avoir jamais côtoyer la misère.

Mais la France veut elle trouver des solutions ?  Pour le moment, je ne pense pas : l'assistanat est bien mieux que de trouver des solutions!  

J'ai sollicité à plusieurs reprises d'être entendu à l'Assemblée Nationale et de demander une enquête parlementaire, rien : aucune réponse ou des réponses bateaux.

J'ai rencontré de nombreux politiques qui vous serrent une belle poignée de main et droit dans les yeux vous promettent des choses qu'ils ne réaliseront jamais, le seul actuellement qui a réellement bougé à nos côtés étant Frédéric Lefebvre.

Depuis le changement de gouvernement, je ne compte plus les déplacements au Ministère du logement ni  les absences de réponses.

Apparemment tout va bien, discours soutenu par certaines structures associatives largement subventionnées...  

Aujourd'hui, ensemble et grâce à vous internautes, nous devons stopper cette misère et relayer nos demandes. Pour cela,  je vous demande de partager ce communiqué dans un premier temps.

La situation a trop tardé et si demain, aucun candidat à l'élection présidentielle ne répond à nos demandes, il n'est pas exclu de réagir de la même façon et de vous demander de ne pas vous déplacer pour voter à l'élection présidentielle de 2017. Si nous devons en arriver là pour être écoutés, nous le ferons. Pour cela, nous lancerons un questionnaire pour vous interroger : cela s'appelle la démocratie et le respect.

Pour finir, et même si cela n'évitera pas des propos inacceptables sur les réseaux sociaux, nous ne pouvons pas rejeter la faute d'une incompétence de prise en charge des personnes SDF sur les réfugiés.
 
Thierry VELU

Propos à titre personnel qui ne reflètent pas obligatoirement la pensée des adhérents du GSCF

Nos demandes  : Pour un changement de la prise en charge des personnes a la rue
​SDF, lettre d'un président écoeuré.