GSCF: premiers soutiens dans le quartier d'Orléans à Saint-Martin

Publié le 15/09/2017 à 18h40


A Saint-Martin, une semaine après le passage d'Irma, les secours sont à pied d'oeuvre, mais dans certains quartiers de l'île on peut toujours constater l'ampleur des dégâts laissés par l'ouragan Irma.

A Saint-Martin, c'est encore avec des groupes électrogènes qu'une partie de la population de l'île s'éclaire. Et au coeur de la nuit, ce qui frappe, c'est le silence et le noir qui règnent dès que l'on s'éloigne un peu des habitations.

L'île est comme dans une sorte de "coma", gravement blessée. Sur les routes qui ont été déblayées, on voit les traces omniprésentes laissées par Irma, des maisons éventrées, des voitures soulevées comme s'il s'agissait de vulgaires miniatures balancées ça et là dans les champs. 

Les quelques palmiers encore debout n'ont plus de feuilles. Et près de l'aéroport, de petits avions sont retournés, parfois suspendus dans les arbres.

Dans les rues de Marigot, les militaires ont commencé leurs patrouilles pour "sécuriser la zone et la population" selon le Lieutenant Pierre, 2 jours après leur arrivée.

 

Reportage dans le quartier d'Orléans

Aucune équipe de secours n'avait pu se rendre dans ce quartier de Saint-Martin jusqu'à maintenant. "On est dans une zone qui n'a pas été visitée. L'objectif, c'est de poser le matériel" explique un secouriste de l'équipe. 

Il fait nuit noire lorsque le Groupe de Secours Catastrophe Français, le GSCF, débarque ses dizaines de caisses d'aide. Première priorité, installer un groupe électrogène et analyser les besoins: "Là, actuellement, votre premier besoin urgent, c'est l'eau".

"L'eau de la pluie, je ne la bois pas" prévient un sinistré.
 "Là, vous allez pouvoir la boire demain" .

Aussitôt, l'équipe se met au travail pour installer un filtre dans la citerne d'eau de pluie, un soulagement pour ces habitants coupés du monde, mais résignés pour certains: "C'est la première fois que je les vois. je suis vraiment content. Ils vont nettoyer, ils vont nous aider."

"C'est l'ordre normal des choses parce qu'on est habitués à être les derniers servis, et les derniers à être considérés"
déplore une autre sinistrée. Orléans est en effet un quartier pauvre, mais solidaire. 

Cette nuit, l'équipe d'humanitaires dormira chez l'habitant.

 
Vous pouvez adresser vos dons à:
 
GSCF - Libre réponse 78 505 - 59 659 Villeneuve d'Ascq, 
 
ou vous rendre sur notre PAGE DE DON. 

Source: RFI




Contactez-nous

GSCF
BP 80 222
59654 Villeneuve d'Ascq Cedex


Tél : 04 67 55 84 28 

Formulaire de contact

Foire aux questions !

Offres d'emploi