Connectez-vous S'inscrire
GSCF

Haïti : Entre épidémies et pluies diluviennes, la population tente de se reconstruire

Publié le 26/04/2012 à 11h30


Haïti : Entre épidémies et pluies diluviennes, la population tente de se reconstruire
Des inondations et glissements de terrain causés ces dernières 48 heures par de fortes pluies ont fait au moins neuf morts dans les départements des nippes, de la grand’anse (sud-ouest), du sud et de l’ouest, a annoncé mercredi soir     la protection civile.

Outre les victimes recensées en province où plusieurs rivières étaient en crue, deux personnes, dont un enfant de six ans, sont mortes ensevelies dans un glissement de terrain qui s’est produit dans la localité côtière de Mariani (banlieue sud de Port-au-Prince) et a paralysé la circulation automobile sur la nationale #2.

Des équipes techniques du ministère des travaux publics ont dû intervenir rapidement en vue de faciliter la reprise du trafic routier sur cet axe qui relie la capitale à quatre départements.

A Mariani, où, suite aux averses enregistrées dans la nuit de mardi à mercredi, l’eau a atteint jusqu’à un mètre de hauteur, l’habitation du chef suprême du Vodou haïtien, l’Atih national, Max Beauvoir, a été sérieusement inondée et des documents importants ont disparu.

Imputant les dégâts constatés aux constructions anarchiques et à des interventions des travaux publics ayant élevé la chaussée au-dessus du niveau des maisons, M. Beauvoir appelle à l’aide urgente des services concernés.

Le délégué départemental de l’ouest, Gonzague Edner Day, a indiqué que plus de 300 sinistrés ont été dénombrés dans la commune de Cité Soleil (nord de Port-au-Prince) affectée par les intempéries.

Annonçant pour jeudi la distribution de kits d’hygiène dans les zones sinistrées, le représentant de l’Exécutif a aussi fait état de graves problèmes de circulation causés par un éboulement dans le quartier de Juvénat à l’entrée de Pétion-Ville (banlieue est) et d’inondations à carrefour Vincent et Tabarre (nord).

Dans ce dernier secteur de la zone métropolitaine, les énormes frustrations des riverains face à l’absence continue de l’Etat en dépit des débordements à répétition de la rivière grise ont provoqué un mouvement de protestation tôt mercredi.

Des sinistrés de Tabarre 27 ont, durant la majeure partie de la journée, paralysé la circulation sur la route principale à hauteur de Fleuriot en y érigeant des barricades de pneus enflammés. Ils menaçaient de poursuivre leur mouvement au cas où des travaux de drainage ne seraient pas entrepris immédiatement dans cette zone qui était une fois de plus en proie à des inondations ayant rendu difficile l’accès aux résidences particulières, mais aussi à l’ambassade américaine et à d’importants établissements commerciaux.

Par ailleurs, les marchés Guérite et Du Port étaient sous les eaux dans le centre commercial de la capitale. Désespérés, de nombreux marchands et marchandes confient avoir perdu d’importants stocks de marchandises importées et de l’argent liquide. Ils attendent une assistance des autorités pour pouvoir reprendre leurs activités.

D’importantes précipitations sont prévues jusqu’au week-end prochain sur les différentes régions, selon un bulletin spécial du Centre national de météorologie.

Les coups de semonce de la saison pluvieuse, qui devraient s’intensifier au cours du mois de mai, seront suivis de la saison cyclonique qui agite ordinairement l’Océan Atlantique entre juin et novembre.

La dégradation très avancée de l’environnement et de l'habitat suite au séisme de Janvier 2010 et le retard pris dans la reconstruction de l'île ainsi que l'intensification des catastrophes naturelles et des épidémies de choléra dû à un manque d'eau potable laissent présager que de nouvelles victimes sont sans aucun doute à prévoir si rien n'est fait pour aider la population haïtienne.


Soutenez nous dans notre combat pour aider les Haïtiens : ICI
 

 

Haïti : Entre épidémies et pluies diluviennes, la population tente de se reconstruire