Association humanitaire de sapeurs - pompiers

Haïti: de récents séismes font apparaître des failles inconnues

Publié le 06/09/2017 à 14h25


Un séisme de magnitude 4.3 sur l'échelle de Richter a été enregistré le samedi 2 septembre. Son épicentre a été localisé à 11 km au sud-ouest de Thomonde et à 11 km au nord-est de Mirebalais, dans le département du Centre.

"L'épicentre de ce séisme n'a été localisé sur aucune faille majeure connue en Haïti, la secousse a été largement ressentie dans les départements du Centre et de l'Ouest", explique l'Unité technique de sismologie (UTS), qui rappelle que les séismes ne sont pas prédictibles et peuvent survenir à n'importe quel moment."

Le séisme du 2 septembre intervient après une multitude d'autres enregistrés particulièrement à Anse à Veau, dans les Nippes, où la terre n'en finit pas de trembler, plus de 60 ans après le séisme qui avait entièrement détruit cette ville. 

"Autant de secousses en si peu de temps indique un réveil de la faille. Cela doit attirer notre attention" explique Claude Prépetit, Directeur de l'UTS. 

En plus des secousses ressenties à Anse à Veau, un séisme, dont l'épicentre se situait dans la mer, a été ressenti à Jérémie, dans la Grand'Anse, et à Bonbardopolis dans le Nord-Ouest. 

Ce regain d'activité sismique arrive à un moment où beaucoup de sismographes sont en panne. "Les 3/4 de nos stations sont installées depuis 5 ans. Beaucoup sont en panne, très peu sont en état de marche", a expliqué Claude Prépetit, précisant qu' "actuellement, 6 stations à larges bandes avec des grandes antennes très sensibles sont localisées à Juvenat, Léogâne, Jacmel, Hinche, Cap Haïtien. Nous allons en installer 2 autres, l'une à Jérémie, l'autre au Môle Saint Nicolas. Et une demi-douzaine de petits sismographes seront installés entre ces grandes stations."

Il y a 7 ans, un puissant séisme avait plongé Haïti dans l'effroi en provoquant des centaines de milliers de  morts et d'importants dégâts matériels, selon les autorités. Si le public est plus informé sur la menace sismique, il est difficile aujourd'hui d'évaluer l'impact d'un séisme majeur à l'avenir. Les données sur le bâti et la consolidation de l'existant non détruit en 2010 ne sont pas encore scientifiquement analysées pour pouvoir faire une projection sur la résistance du pays face à l'aléa sismique.



 

Source: le nouvelliste




Contactez-nous

GSCF
BP 80 222
59654 Villeneuve d'Ascq Cedex


Tél : 04 67 55 84 28 

Formulaire de contact

Foire aux questions !

Offres d'emploi