Connectez-vous S'inscrire

Images chocs : Quelle éthique ?


En effectuant des recherches sur Facebook, je suis interpelé par un appel aux dons pour un enfant atteint d’une maladie dégénérative. Cet appel aux dons montre un jeune enfant de couleur noire à visage découvert posant pour le cliché.

Très vite, la question qui me vient à l’esprit est comment des personnes qui se disent humanistes et défenseurs de causes nobles peuvent-ils exploiter et brandir des images de personnes mourantes, souffrantes, mutilées… ?

Où est l’éthique et le respect de la personne et de l’enfant devenu un objet de curiosité ?

Comment peut-on imaginer demander à un enfant souffrant d’une malformation de poser pour la photo?

Accepterions-nous de voir notre enfant agonisant pris en photo et diffusé sur différents supports de communication ? Si cela se produisait, quelle serait notre réaction ?

Pour ma part, j’ai toujours été contre la diffusion de telles images. Peut-être cela peut-il vraiment aider à sensibiliser le public et faire venir des donateurs mais je me refuse à employer la moindre image d’une personne blessée ou mourante. Ceci par respect pour la victime.

Certaines associations caritatives n’hésitent pas à user de ce procédé à des fins publicitaires, pour la promotion de leurs actions. On montre des images d’enfants africains au regard creux, le visage couvert de mouches, le ventre gonflé, mourant de faim, et bien souvent agonisant dans les bras d’une maman résignée qui ne se fait pas d’illusion sur l’avenir de son petit…

Les médias, qui mettent également l’accent sur l’image choc, ne font qu’effleurer la surface des problèmes évoqués et oublient d’expliquer pourquoi ces enfants meurent de faim, mais surtout qu’il s’agit d’êtres humains !

La photo a, sans aucun doute, une valeur informative. Concernant le GSCF, nous sommes conscients que la diffusion par notre association d’une plaquette dont les images ne seront pas choquantes aura bien sûr moins d’impact qu’une plaquette montrant des photos de victimes à l’agonie.

L’image, par l’impact visuel qu’elle provoque, éveille la sensibilité du spectateur et l’incite à le faire réagir.

Mais attention, quel type d’image lui propose-ton et en vue de quel type de réaction ?

Thierry VELU
Président-Fondateur du GSCF
Par respect des personnes, le GSCF a choisi de ne jamais communiquer sur ses missions au travers d’images de victimes mourantes.



Contactez-nous

GSCF
BP 80 222
59654 Villeneuve d'Ascq Cedex


Tél : 04 67 55 84 28 

Formulaire de contact

Foire aux questions !

Centre de formation

Offres d'emploi