La canicule

Il fait beau, il fait (trop) chaud !

L’été s’est fait attendre mais semble bien installé actuellement en France, en Europe et un peu partout dans l’hémisphère Nord. Attention à ne pas se laisser emporter par le plaisir de revoir ce soleil tant désiré !


La canicule
La canicule est là et bien là !


Un petit mot de définition.

Il n’y a en vérité pas de définition universelle de la canicule puisque tout dépend d’où on se trouve sur notre planète. En France, on parle de canicule quand pendant plusieurs jours les températures diurnes sont au moins à 30° dans le Nord et 35° dans le sud et que les températures nocturnes ne descendent pas en dessous de 18° pour le nord et 20° pour le sud. Il y a donc une faible amplitude thermique entre le jour et la nuit. Les chiffres seront différents en Laponie ou en Mauritanie.
Durant l’été caniculaire de 2003, la France a vu sa mortalité augmentée de 5 000 décès, et en Europe le bilan a été de 70 000 décès supplémentaires dus à la canicule.

Ces chiffres ont amené les autorités à communiquer fortement sur la canicule et ses effets désastreux et aider la population à prendre conscience que la chaleur peut tuer.

La canicule
Canicule = Danger

Que se passe-t-il quand il fait excessivement chaud ?

Notre température profonde fixée à 37° va s’élever et activer la thermo-régulation provoquant ainsi une perte de chaleur (thermolyse) surtout au niveau de la peau par une augmentation du débit sanguin (perspiration) et par évaporation (sudation), mais aussi au niveau des poumons.
Par grande chaleur, la sudation est le seul moyen efficace pour éliminer la chaleur produite par notre métabolisme et gagnée par notre environnement, encore faut-il que la personne soit capable de transpirer donc qu’elle ne soit pas déshydratée et que son environnement soit brassé.

Et c’est là que la vigilance est de mise.

En effet, les personnes âgées, les patients dépendants, les patients déments ou présentant des maladies psychiatriques et les porteurs de maladie neuro-dégénératives (comme le diabète) ne ressentent le besoin de se protéger contre la chaleur que très tardivement (après une augmentation très significative de leur température cutanée ou profonde) alors que chez les sujets plus jeunes, ce réflexe apparaît bien plus tôt.
De plus, ces personnes fragiles ont une possibilité de thermolyse diminuée car une grande partie de leurs glandes sudoripares sont fibrosées, la capacité de vasodilatation cutanée est diminuée et l’adaptation cardiaque moindre.

La canicule
Les personnes âgées et les patients porteurs de maladie neuro-dégénératives présentent également une fibrose d’une partie de leurs récepteurs à la soif, du coup le cerveau est alerté plus tard voir trop tard.

L’institut de veille sanitaire a repéré les situations à risque majeur vis-à-vis de la canicule :

- le grand âge,
- la perte d’autonomie (personnes confinées au lit ou au fauteuil) et l’incapacité de la personne à adapter son comportement à la chaleur,
- les maladies neurodégénératives telles que la maladie de Parkinson,
- les démences, telles que la maladie d’Alzheimer et apparentées,
- les maladies cardiovasculaires et les séquelles d’accident vasculaire cérébral,
- l’obésité,
- la dénutrition,
- la prise de certains médicaments pouvant interférer avec l’adaptation de l’organisme à la chaleur,
- l’habitat particulièrement mal adapté à la chaleur, notamment les logements en dernier étage, et l’absence d’endroit frais ou climatisé accessible.

Sans oublier dans cette liste les enfants, surtout ceux âgés de moins de 4 ans et les personnes isolées.



La canicule
Reconnaître les pathologies liées à la chaleur :

- les crampes de chaleur : surviennent en cas de forte transpiration au cours d’une activité physique exigeante
- épuisement dû à la chaleur : étourdissements, faiblesse et fatigue, insomnie ou agitation nocturne inhabituelle
- insolation (effet direct du soleil sur la tête) : maux de tête violents, état de somnolence, nausées et éventuellement perte de connaissance, fièvre élevée avec parfois des brûlures cutanées.
- Coup de chaleur : c’est une urgence vitale, le corps n’arrivant plus à contrôler la montée de température qui peut dépasser les 40°C. peau chaude, rouge et sèche, maux de tête violents, confusion et perte de conscience, éventuellement convulsions.

Que faire quand les signes sont là ?

- arrêter l’activité
- mettre le sujet à l’ombre ou mieux dans une pièce fraîche
- faire boire de l’eau, ou du jus de fruits léger ou une boisson énergétique diluée à l’eau si le sujet est conscient
- en cas de coup de chaleur : appeler le 15 ou 18 et refroidir le sujet en le déshabillant et en l’aspergeant d’eau fraîche après l’avoir placé au frais si possible ou du moins à l’ombre en attendant l’arrivée des secours et son transport en service de réanimation.

La canicule
Que faire pour éviter d’en arriver là ?

- boire de l’eau, des jus de fruits légers, des boissons énergétiques diluées à l’eau avant d’avoir soif
- éviter les efforts physiques intenses
- ne pas rester en plein soleil
- garder sa maison à l’abri de la chaleur
- ne pas boire d’alcool
- se soucier de son entourage (parents âgés, collègues de travail …)
- passer plusieurs heures dans un endroit frais et ventilé pour les personnes âgées
- mouiller sa peau et la ventiler régulièrement.
- ne pas sortir aux heures les plus chaudes de la journée sans nécessité absolue.


En respectant ses consignes simples et de bon sens, l’été restera un moment agréable pour tous.
Bonnes vacances et n’oubliez pas de prendre des nouvelles régulièrement de votre entourage âgé !

Pour le GSCF
Docteur Valérie RIEU



Contactez-nous

GSCF
BP 80 222
59654 Villeneuve d'Ascq Cedex


Tél : 04 67 55 84 28 

Formulaire de contact

Foire aux questions !

Offres d'emploi