Marseille: La carte de santé pour les personnes SDF fait polémique

Publié le 04/12/2014


Le mois dernier, la mairie de Marseille, via le Samu Social, a décidé de distribuer aux personnes sans domicile fixe des badges baptisés "carte de secours". Un simple bout de papier qui permet en cas d'urgence de voir les différentes pathologies dont souffre le détenteur de cette carte.

Eddie ne veut pas de la carte santé du samu social. Depuis 14 ans, il vit dans la rue et depuis 14 ans, il possède sa propre carte Vitale. «Dessus, il n’y a pas marqué que je suis SDF, raconte-t-il. Je n’ai pas envie d’exposer ma vie sur une autre carte pour que l’on se dise lui, c’est un SDF, on va le soigner plus tard», raconte-t-il. 

Cette initiative marseillaise suscite l'ire du collectif "le jugement dernier". Outre le manque d'informations sur le texte de loi qui encadre ce dispositif, il dénonce la présence d'un triangle jaune au recto de la carte. Un choix de visuel "qui nous rappelle les heures les plus sombres de notre histoire", déplore le collectif en référence à l'étoile jaune portée par la communauté juive sous l'occupation.

Outre  un problème de confidentialité, de stigmatisation, "cela va à l'encontre de tout le travail de rue qui est réalisé", a dénoncé Raymond Negren, responsable à Marseille de la mission de rue de Medecins de Monde. "L'exercice de la médecine, même dans la rue, respecte l'éthique et le secret médical est dû aux SDF comme aux autres", a renchéri Pierre-François Pernet, un médecin qui travaille avec l'ONG.

Dans un communiqué, la mairie tente d'expliquer que "cette carte permet avant tout aux pompiers et au personnel soignant de recueillir des données essentielles afin d'identifier, d'aider efficacement et souvent de sauver la vie de ces personnes dépourvues de tout lien social", indique Xavier Mery, adjoint au maire de Marseille délégué à l'intégration et à la lutte contre l'exclusion. "Elle ne contient aucune information médicale destinée à rester confidentielle autre que le groupe sanguin du porteurpoursuit-il. Il s'agit donc d'un faux débat pour les élus marseillais.



 



Contactez-nous

GSCF
BP 80 222
59654 Villeneuve d'Ascq Cedex


Tél : 04 67 55 84 28 

Formulaire de contact

Foire aux questions !

Offres d'emploi