RETEX suite au départ concernant l’intervention au Népal

Le 25/10/2015


Nous avons souhaité effectuer un retour d’expérience concernant le délai de départ suite à l’intervention du GSCF au Népal.

Ce RETEX concerne la mobilisation et l’alerte.

Le GSCF : 

Le Groupe de Secours Catastrophe  Français (GSCF) est une association fondée en 1999 qui  est composée en majeure partie de sapeurs-pompiers.

Il dispose actuellement de 5 grands secteurs d’activités : 
 
1. Département Urgence-Secours 

2. Département Humanitaire 

3. Département Bénévolat 

4. Département Social France 

5. Département Prévention « Conseil et Formation » 

Secteur d'activité principal du GSCF, le Département Urgence-Secours a pour but d'intervenir à travers le monde lors de catastrophes naturelles ou humaines, celui-ci est uniquement composé de sapeurs-pompiers.
 
Le GSCF a mis en place dans le Département Urgence-Secours une unité d’intervention rapide ayant pour appellation : Force d’Action Rapide Humanitaire (FARH).  La FARH a été mise en place officiellement en fin 2014. 

Celle-ci permet de répondre dans les plus brefs délais à une situation urgente de catastrophes naturelles (séismes, inondations,...) ou humaines.  
 
La catastrophe :
 
Le séisme qui a secoué la région de Katmandou le 25 avril était de magnitude 7,9 et a fait plusde 7550 victimes.  
 
Alerte chronologie :

Samedi 25 avril 2015

8h37 : Le GSCF diffuse sur son site le premier élément concernant le séisme 

12h46 : Activation de la cellule de crise du GSCF

14h00 : Constitution de l’équipe de sauvetage

19h00 : Départ de l’équipe du GSCF au siège à Villeneuve d’Ascq

Arrivée de l’équipe le lundi 27 avril 2015 au matin à Katmandou
 
Cellule de crise du GSCF :
 

La cellule de crise du GSCF a pour objectif d’analyser des situations de catastrophes  majeures.

Une équipe du GSCF assure les fonctions de veille sur les catastrophes, ce qui permet de relayer les informations dans la rubrique "infos catastrophes" du site internet et sur l’application du GSCF ; l’espace "infos catastrophes" comptabilise  une moyenne de 2500     visiteurs par jour, hors réseaux sociaux.

Cette équipe anticipe les alertes du GSCF et l'activation de la cellule de crise. 

Elle décide de l’envoi d’équipes et coordonne le départ et l’acheminement de l’aide que l’association propose aux pays. 

Elle dispose de 4 niveaux d'activation
 
1er niveau : Activation de la cellule de crise 
Surveillance de l'événement 
 
2 ème niveau :  Mesures du niveau 1 avec en complément : 
Renseignements sur la crise 
Communiqué de presse de l'ouverture de la cellule de crise 
 
3 ème niveau : Mesures du niveau 1 et 2 avec en complément : 
Mise en pré-alerte des équipes d'intervention du GSCF 
 
4 ème niveau : Départ des équipes de secours du GSCF 
 
Ce 25 avril 2015, le GSCF, suite aux remontées des informations, a activé le niveau 4 immédiatement.
 
Alerte :
 
L’alerte est effectuée par l’envoi d’un SMS aux adhérents, un logiciel nous permet de disposer de l'information sur l’ouverture du SMS et de recevoir les réponses.
 
Avant l’envoi d’un SMS, une pré sélection est effectuée en rapport avec les compétences de l’adhérent, sa formation et son appartenance en priorité à la FARH.
 
Sur 250 adhérents, à l’issu d’une sélection et du choix de notre action, 42 SMS ont été transmis pour la mission au Népal.
 
Sur les 42 adhérents contactés :
 
31  sapeurs pompiers  « statut professionnel » SPP
11  sapeurs pompiers  « statut volontaire » SPV
 
2  Injoignables : réception du SMS tardivement
1  Vacances à l’étranger
1  Indisponible ; passeport dont la validité était inférieure à 6 mois (5 mois)
1  En formation SP
9  Non disponibles pour raisons personnelles
28 Disponibles
 
Sur 28 disponibles : 22  SPP et 6 SPV
 
Sur l’ensemble des sapeurs-pompiers professionnels: 1 SPP a reçu un avis négatif de permission de départ (pour raison d’effectifs)
 
Sur les 6 SPV, 5 disposent d’un employeur  et 1 est chef d’entreprise , 1 seul a reçu un avis négatif de son employeur.
 
Concernant les autorisations pour les SPP auprès de leur hiérarchie, l’ensemble des accords   d’absence est parvenu dans l’heure ce qui a permis de disposer une heure après l’envoi de l’alerte de 26 personnes SP disponibles.
 
Points positifs pour le départ :

Le séisme est survenu au Népal  le 25 avril à 11 h 56 (8 h 11, heure de Paris): remontée de l’information et mise en ligne moins de 30 minutes après.

Demande d’aide internationale rapide du Népal.

Activation du départ immédiat par SMS.

Réaction rapide et autorisation d’absence pour l’ensemble des personnels sapeurs-pompiers  professionnels par leur hiérarchie et employeurs pour les sapeurs-pompiers volontaires.
 
 
Points négatifs :

Arrivée du séisme un samedi  (week-end).

Impossibilité de joindre les compagnies aériennes pour disposer d’informations sur les places disponibles dans les avions à destination du Népal. Place limitée ce qui a réduit l’équipe de  départ.

Délai de transport aérien long.

Les enseignements suite à ce départ :

Ce départ rapide a permis de localiser et sauver 2 personnes d’une mort certaine et d’aider à la sortie d’une autre victime.
Pourtant, même si nous pouvons nous féliciter sur la réactivité de départ, nous devons améliorer davantage notre réactivité d’alerte.

Points à améliorer :

Alerte :

Le SMS d’alerte a été transmis avec du retard (12h46). En effet, nous avons souhaité disposer de la confirmation des besoins avant d’adresser l’alerte.

Solution envisageable : Nous devons réfléchir sur l’éventualité d’effectuer une pré alerte par  SMS.

Manque de communication :

Nous avons remarqué un manque de communication important des adhérents sapeurs – pompiers  auprès de leur hiérarchie et/ou direction sur leur appartenance à l’ONG   et notamment sur leur éventualité d’un départ rapide en mission de sauvetage. Nous devons   nous préparer à intervenir de plus en plus rapidement sur des terrains internationaux pour des missions de sauvetage.

Solution envisageable :

Nous allons demander à chaque adhérent SPV de nous communiquer les coordonnées de leurs employeurs afin de leur faire suivre les informations du GSCF et solliciter leur bienveillance afin de permettre aux adhérents du GSCF, employés dans leurs entreprises de pouvoir partir   en mission d'urgence.

Concernant les SPP, le GSCF étudie en ce moment la faisabilité de conventions bipartites, entre les présidents de conseils d'administration et le GSCF, ou bien tripartites, entre les PCASDIS, les directeurs des SDIS, et le GSCF. Cette possibilité permettrait que les intervenants   de la FARH puissent partir sans risquer des suites disciplinaires pour absence.  Si cette solution voit le jour, il sera nécessaire de fixer des limites, notamment en ce qui concerne l'effectif maximal mobilisable pour un même département.        

Il sera fondamental de  présenter la réelle plus-value qu'est, pour un établissement public tel   que le SDIS, d'être par cette bienveillance administrative, acteur de nos missions de sauvetage à l'image de celles effectuées au Népal.

Si l’ensemble des missions humanitaires de développement ou actions d’aide aux personnes  SDF est programmable, la catastrophe quant à elle ne prévient jamais. Pour sauver le maximum de vies, notamment sur un séisme, il est indispensable d’améliorer la qualité de nos départs mais aussi de disposer d’accord d’absence par les autorités d’emplois. Pour cela,  nous espérons que notre communication et nos échanges permettront d’éviter des refus de disponibilité des personnes notamment SPP. 
 
Le détachement du Népal était composé de sapeurs-pompiers des départements : 27 , 28, 59, 62 , 71 et 76.
 
Pour le GSCF
 
Thierry VELU
Wulfran PILLE
Emilie COQUEL 

retex_suite_au_depart_concernant_l_intervention_au_nepal.pdf RETEX suite au départ concernant l’intervention au Népal.pdf  (153.29 Ko)





Contactez-nous

GSCF
BP 80 222
59654 Villeneuve d'Ascq Cedex


Tél : 04 67 55 84 28 

Formulaire de contact

Foire aux questions !

Offres d'emploi