Association humanitaire de sapeurs - pompiers

SDF : demande de création d'une commission d'enquête parlementaire

Le 20 juillet 2015


Objet :   lettre d’un Président d’association aux députés de France 

Mesdames, Messieurs les Député(e)s

Je devais comme en avril 2013 vous adresser un dossier de soutien en faveur des personnes SDF. Ce soutien avait pour objectif de vous sensibiliser sur le sort des personnes SDF. Malgré un dossier complet, vous avez été moins de 50 à prêter une attention à notre dossier.

Depuis bientôt 5 ans, le GSCF se bat pour aider ces personnes abandonnées en offrant un sac d’accompagnement. Nous sommes bien conscients que cette action ne constitue pas une solution suffisante et que ce sac (unique en France) servira uniquement de kit de survie afin de passer l'hiver.

Nous avons eu l’idée dernièrement d’une application téléphone et tablette (lire) qui révolutionnerait la prise en charge des personnes SDF. Ce dossier transmis au Chef de l’Etat et à la Ministre du logement n’a reçu aucune réponse.

Ce manque de soutien, ce manque d’écoute que nous ressentons comme beaucoup d’association reste pour nous inadmissible et pour des personnes de terrain il est difficile de faire abstraction à la souffrance que nous côtoyons. 

Mesdames, Messieurs élus de la France, trouvez-vous normal de laisser des centres d’accueil vides chauffés  avec 12 lits en hiver et de mettre dehors une personne de 70 ans à minuit avec une température de – 3 degrés ? Nous l’avons constaté en présence d’un samu social. Trouvez-vous normal de laisser une femme enceinte de 8 mois attendre de minuit à 2 heures du matin dans le froid afin de trouver une place ?

La persistance et l’aggravation du phénomène montrent bien que notre société ne parvient pas à traiter véritablement l’exclusion.

Alors, que faire ?

Certes, il n'existe aucun remède miracle et chaque personne à la rue reste un cas unique même si bien souvent les motifs de l’exclusion demeurent souvent identiques, en tous les cas catégorisables, identifiables et définis pour la plupart d’entre eux.

Aucun gouvernement ne semble avoir travaillé à ce jour pour traiter le problème des SDF à la racine, ceci causant un engorgement des centres d'hébergements pour les personnes en grande précarité qui devraient être prises en charge. Pour désengorger les centres, des mesures ont été mises en place en limitant la durée d'hébergement et ainsi remettre à la rue une personne sans se soucier de son avenir et en oubliant que la personne que nous mettons à la rue est un être  humain, avec un cœur et des pensées.

Comment sortir de la rue dans de telles conditions et reprendre confiance en la société ?

Imaginez l'état psychologique de cette personne livrée à elle-même, chaque jour étant un combat pour survivre… Le système est inefficace, et tout ce qui est fait pour le consolider renforce cette inefficacité, voire cette incompétence.

Mesdames, Messieurs, je vous demande aujourd’hui de vous mobiliser en sollicitant  l’ouverture d’une commission d'enquête parlementaire concernant la prise en charge des personnes à la rue.

Comme chaque année, nous appelons au soutien pour aider les personnes SDF; notre dossier et le livre" Si vous saviez ! La rue une réalité " est disponible sur simple demande.

Dans un autre cadre, nous vous adressons la vidéo des sauvetages effectués   lors du séisme au Népal. Rappelons que le GSCF est une association humanitaire de sapeurs – pompiers  qui a pour première vocation le secours d’urgence. L'urgence étant à nos portes, nous intervenons pour les personnes à la rue.

Espérant un sursaut de votre part pour tenter d’enrayer cette misère galopante dans notre pays, recevez, Madame, Messieurs, mes salutations les meilleures.
 
Thierry VELU
President Fondateur du GSCF
 
 

Rappel d’une loi non appliqué

Article L345-2-2Modifié par LOI n°2014-366 du 24 mars 2014 - art. 45
Toute personne sans abri en situation de détresse médicale, psychique ou sociale a accès, à tout moment, à un dispositif d'hébergement d'urgence.Cet hébergement d'urgence doit lui permettre, dans des conditions d'accueil conformes à la dignité de la personne humaine, de bénéficier de prestations assurant le gîte, le couvert et l'hygiène, une première évaluation médicale, psychique et sociale, réalisée au sein de la structure d'hébergement ou, par convention, par des professionnels ou des organismes extérieurs et d'être orientée vers tout professionnel ou toute structure susceptibles de lui apporter l'aide justifiée par son état, notamment un centre d'hébergement et de réinsertion sociale, un hébergement de stabilisation, une pension de famille, un logement-foyer, un établissement pour personnes âgées dépendantes, un lit halte soins santé ou un service hospitalier.