Association humanitaire de sapeurs - pompiers


SDF: enfin un début

Publié le 29/11/2016


Depuis des années rien n'avance, la misère est à nos portes, suite à cela Thierry Velu, depuis 6 ans, a décidé de venir en aide aux personnes SDF.

Il est temps de trouver des solutions et d'arrêter cet assistanat qui, au lieu d'aider, déshumanise les personnes à la rue.

C'est dans ce sens que le président du GSCF a écrit à l'ensemble des députés en date du 20 juillet 2015, demandant l'ouverture d'une commission d'enquête pour trouver des solutions concernant la prise en charge des personnes SDF: lire.

Depuis quelques années, Thierry Velu a trouvé un allié dans son combat pour trouver des solutions pour ces personnes souvent oubliées et mises en lumière uniquement en période de froid: Monsieur Frédéric Lefebvre, ancien Ministre, Député des Français établis hors de France, qui soutient le combat de Thierry Velu et de son équipe.

Après avoir présenté différentes demandes et notamment un dossier pour le changement de la prise en charge des personnes sdf: lire , Thierry Velu voit ses efforts récompensés puisque   Monsieur Lefebvre a déposé une demande d'enquête parlementaire dans laquelle il reprend l'ensemble des points demandés par le Président du GSCF.

C'est une avancée importante, tout en sachant que le combat n'est pas fini, bien au contraire, il ne fait que commencer.

Thierry Velu et son équipe sont plus que déterminés à poursuivre le travail pour trouver des solutions en faveur des personnes SDF.

Vous trouverez ci-dessous la demande de Monsieur le Député Frédéric Lefebvre: accès


PROPOSITION DE RESOLUTION
visant à créer une commission d’enquête parlementaire sur la prise en charge des sans-domiciles fixes.
Présentée par
M. Frédéric LEFEBVRE
député.

 
                                                                                             EXPOSE DES MOTIFS

MESDAMES, MESSIEURS,

Face à une crise humanitaire majeure ne pouvant se résoudre par de simples mesures au goutte-compte, la France doit prendre ses responsabilités et mener une réflexion en profondeur pour endiguer la misère qui est celle de milliers de personnes laissées pour compte.

La pauvreté sévit et ne cesse de s’étendre. Selon une étude de l’INSEE sur les niveaux de vie publiée en septembre 2016, la France compte plus de 8 millions de personnes en situation de pauvreté avec un revenu mensuel inférieur à 1000 euros ; soit 14% de la population !

Malgré un système de prestations sociales très développé dont l’objectif est de venir en aide à la population disposant de faibles ressources, force est de constater que les taux de non recours des potentiels bénéficiaires sont élevés. Stigmatisation liée à l’assistanat, méconnaissance des dispositifs et complexité bureaucratique sont autant de barrières à l’obtention d’une aide.

Fragilisés économiquement nombreux sont ceux qui tombent dans la précarité la plus totale et les chiffres sont des plus alarmants : en 2016 et selon la Fondation Abbé Pierre, la France compte plus de 3 millions de personnes souffrant de mal-logement ou d’absence de logement personnel, 141.500 personnes sont sans domicile fixe et 85.000 personnes sont logées dans des habitations de fortune.

Le système actuel ne permet pas d’apporter une solution pérenne et perpétue la précarité de ceux qui n’ont rien. L’offre de prise en charge des SDF est rendue illisible par sa diversité et les centres d’hébergement manquent de place pour accueillir une demande toujours grandissante. De plus, la question de la qualité de l’offre proposée se pose car de nombreux sans-abris n’ont pas recours aux centres pour des raisons de manque d’hygiène et d’insécurité.

Des solutions ont d’ores et déjà été formulées pour lutter durablement contre la pauvreté et l’exclusion, à savoir :                                            
   
-La création d’un revenu universel ; 

-La réalisation d’une évaluation de l’offre d’hébergement proposée en terme quantitatif et qualitatif ;

-Le renforcement et la simplification de la prise en charge des personnes sans-abris;

-La personnalisation de la prise en charge des SDF pour privilégier l’hébergement de longue durée ;

-L’évaluation des services obligatoires par les personnes sans domicile fixe ;

-La création d’une agence nationale de prévention des risques de ruptures ;

-La possibilité d’accueil des sans-abris par des familles volontaire.    
                                                                                                     
Les associations caritatives ne cessent d’alerter les pouvoirs publics sur l’urgence de la situation, il est de notre responsabilité de nous saisir de cette problématique et de prendre des mesures permettant de répondre aux attentes d’un nombre croissant de nos concitoyens en situation d’exclusion.

C’est pourquoi la présente proposition de résolution vise à la création d’une commission d’enquête parlementaire afin d’étudier les pistes de réflexion mentionnées et travailler ensemble à un changement de perspective.