SDF : la moitié des demandes d'hébergement restent sans solution

Publié le 26/09/2014


Plus de la moitié des sans-abri ayant sollicité le 115 pendant cet été sont restés à la rue, faute de places d'hébergement, les autres étant majoritairement accueillis dans des hôtels souvent coûteux et inadaptés, a annoncé ce jeudi la Fédération nationale des associations de réinsertion sociale (Fnars).

Selon le baromètre estival du 115, le numéro d'urgence pour les SDF, du 1er juillet au 31 août "l'accueil des sans-abri se détériore fortement", car "si les personnes à la rue ne sont pas moins nombreuses en été qu'en hiver (...), les solutions d'hébergement proposées sont moindres".
 
Par rapport à l'hiver dernier, où en moyenne 16 500 personnes ont appelé le 115 chaque mois dans les 37 départements observés par le baromètre, les sollicitations ont été moins nombreuses durant l'été, avec 15 000 appels en moyenne chaque mois. Les SDF s'adaptent, et "sollicitent davantage le 115 l'hiver, lorsque les capacités d'hébergement sont renforcées, et moins l'été lorsque les solutions proposées sont moins nombreuses", note la Fnars.

En juillet-août, 13 123 personnes n'ont jamais été hébergées après leur demande, soit 56% des appels. Cela représente une augmentation de 13% des personnes sans solution, par rapport à l'hiver.
 
Principale cause : l'absence de places d'hébergement disponibles. "La baisse des attributions (-32% par rapport à l'hiver) s'explique par la fermeture des places temporaires hivernales et (...) les fermetures de certaines structures d'hébergement d'urgence en été", notamment pour travaux, ou en raison de difficultés financières, note la Fnars.

Conséquence : le recours à l'hôtel explose et représente 40% des solutions proposées, malgré l'objectif du gouvernement de réduire le nombre de places hôtelières. Les placements à l'hôtel ont augmenté de 85% entre l'été 2013 et l'été 2014, passant d'une moyenne de 
4 400 attributions en hôtels en juillet et août de l'an dernier, à 8 150 pour la même période de cette année. Ils ont aussi augmenté de 11% entre l'hiver dernier et cet été.

Cette augmentation du nombre de places hôtelières "ne suffit cependant pas" à compenser les fermetures de places temporaires hivernales et la fermeture estivale de certaines structures, souligne la Fnars, pour qui "la fin d'année s'annonce difficile".

Face à cette situation inacceptable, le GSCF a mis en place un kit de survie pour personne SDF.












 



Contactez-nous

GSCF
BP 80 222
59654 Villeneuve d'Ascq Cedex


Tél : 04 67 55 84 28 

Formulaire de contact

Foire aux questions !

Offres d'emploi