Survivre dans la rue

Publié le 17 /12/2014


Des pompiers humanitaires ont livré 17 kits de survie. Puis ils ont été à la rencontre de SDF avec des élus.

La soirée avait commencé dans la salle municipale Saint-Maurice à Bègles avec le député maire Noël Mamère et s'est poursuivie dans la rue, auprès de SDF, dans le quartier de la gare puis rue Sainte-Catherine, avec la conseillère générale de Villenave Martine Jardiné et l'élue à Bordeaux et à la CUB Solène Chazal.

Des pompiers  membres de l'association Groupe de secours catastrophe français, dans sa section « humanitaire », étaient venus livrer au maire de Bègles, à sa demande, 17 kits de survie qui seront distribués à autant de SDF.

Ces kits comportent l'essentiel pour améliorer l'existence de ceux qui n'ont rien, vestes de pluie, couverture polaire, chaufferette de mains, sac de couchage, gourde, popote avec couverts, lampe dynamo, porte-documents étanche, etc. S'ajoute une trousse de soins avec, outre du matériel de première nécessité (compresses, produits cutanés), un livret de santé et un passeport d'urgence avec les numéros de secours. Le troisième élément du package est la trousse de toilette.

Enfin est prévu, si nécessaire, un sac pour le chien qui contient une laisse, des gamelles, un collier antiparasite, un plaid… et un jouet.
Thierry Velu, le président du Groupe de secours catastrophe français, a souligné la présence dans le kit de survie, d'un agenda (« pour ne pas perdre ses repères ») et d'une brosse à cheveux avec miroir. Au total, ces kits réunissent une cinquantaine d'objets, avec des prix qui oscillent entre 150 à 180 euros.

Seuls 110 kits distribués

Noël Mamère, qui était accompagné de sa suppléante parlementaire Naïma Charaï, a consacré 2 000 euros de sa réserve parlementaire à l'achat des 17 kits. Il entend inciter ses collègues parlementaires, mais aussi les élus municipaux et départementaux, à consacrer une part des budgets (ou des réserves parlementaires) à ces acquisitions. Pour l'heure, en France, seuls 110 kits ont été distribués en 2014, contre le double l'année précédente.

Participaient à cette rencontre des représentants de plusieurs organismes et associations impliquées dans le secours à la détresse et (ou) l'accompagnement social.

Ainsi, il est apparu que ces kits de survie sont surtout précieux pour les nouveaux venus à la rue, ceux dont on peut espérer qu'il s'agira d'un épisode provisoire. Pour les autres, on est au-delà des solutions de dépannage.

Et là, les acteurs sociaux ont débattu sur les méthodes mises en œuvre, leurs limites pour certaines personnes depuis très longtemps à la rue, le manque de place dans les foyers et structures, également les crédits à la baisse. La distribution des kits de survie reviendra aux associations impliquées et aux mairies.

Source et photo sud ouest : Lien 




Contactez-nous

GSCF
BP 80 222
59654 Villeneuve d'Ascq Cedex


Tél : 04 67 55 84 28 

Formulaire de contact

Foire aux questions !

Offres d'emploi