Un gilet multifonctions relié à un satellite

Article Nord éclair du 1er mars 2011 de Justine FAIDERBE
Photo : Ludovic MAILLARD


Un gilet multifonctions relié à un satellite
Un gilet multifonctions relié à un satellite. L'idée est toute simple, mais elle pourrait sauver la vie d'humanitaires en mission. C'est le Groupe de secours catastrophe français, basé à Villeneuve d'Ascq, qui l'a mise au point.

Il se demande toujours pourquoi « personne n'y a pensé avant », Thierry Velu. Depuis 13 ans qu'il a fondé le Groupe de secours catastrophe français (GSCF), basé à Villeneuve d'Ascq, le pompier cherchait lui aussi à renforcer la sécurité de ses propres sauveteurs humanitaires (une centaine au total) en mission. Il a eu cette idée, voilà deux ans, qu'il a mise au point avec 3I3S et Deryware, association et entreprise spécialisées dans la géolocalisation : équiper un gilet sans manche d'une balise reliée à un satellite via le système Iridium, « un opérateur qui permet de capter partout dans le monde ».

Étanche, solide et résistante à la chaleur ou au froid, cette balise sera activable soit par l'humanitaire en détresse, soit par ses collègues, qui pourront le localiser à partir de tout ordinateur équipé d'un logiciel spécifique. « Cela nous permettra de connaître l'endroit où se trouvent les sauveteurs à n'importe quel moment, précise Thierry Velu. Mais aussi, s'il y a un problème - accident, crash d'hélicoptère, prise d'otage... - , de connaître sa nature grâce à des messages prédéfinis. » Pour l'instant, « deux versions de la balise sont en essai » , affirme le président du GSCF, qui attend de repartir en mission pour la tester sur le terrain.


Un miroir, un sifflet, une gourde « Révolutionnaire » pour l'association qui intervient sur les catastrophes naturelles, le gilet comportera, outre la balise, un talkie-walkie, pour la communication entre les équipes de sauvetage, un « stylo-lampe torche », une mini-gourde en plastique avec un produit de potabilisation d'eau ou encore « un miroir ». « Une fois, en mission, un collègue a été blessé par un projectile à l'oeil. Ça lui aurait bien été nécessaire », rapporte Thierry Velu, qui explique que ce gilet de survie « a été réfléchi à partir des expériences du GSCF sur le terrain » . Ses poches contiennent aussi un voyant rouge, activable la nuit pour être repérable, et d'un sifflet. « C'est le seul moyen de se manifester qui ne tombera jamais en panne ! » Dernier ustensile ajouté au gilet, une carte en plastique « couteau-suisse », qui contient une pince à épiler, un tournevis, une loupe, une aiguille, un mini-couteau et une paire de ciseaux. Le tout compact et « léger » (pas plus de 2 kilos), pour ne pas gêner les humanitaires lors des interventions.

Un gilet multifonctions relié à un satellite



Contactez-nous

GSCF
BP 80 222
59654 Villeneuve d'Ascq Cedex


Tél : 04 67 55 84 28 

Formulaire de contact

Foire aux questions !

Offres d'emploi