Difficultés pour le GSCF pour atteindre les sinistrés d'Irma

Publié le 13/09/2017 à 14h


Emmanuel MACRON est arrivé à Saint-Martin ce mardi, à 10h00 heure locale, où il a pu rencontrer ses sinistrés de l'ouragan, avant de se rendre à Saint-Barthélémy. 

"Le retour à la normale est la priorité absolue" a lancé le Chef de l'Etat depuis le tarmac de l'aéroport de Pointe-à-Pitre.

Défendant l'action du gouvernement en amont et en aval, le président français a dit que l'exécutif  "a répondu dès que l'information  a été donnée, donc plusieurs jours avant, et constamment tout au long de cette crise."

Il a dit être venu aussi "pour rassurer, consoler et entendre la colère" des habitants, dont beaucoup ont déploré la lenteur des secours et le manque des forces de l'ordre.

Un délégué interministériel a été nommé pour assurer la coordination de la reconstruction. "Je bousculerai toutes les normes et toutes les procédures pour que son travail se fasse dans les meilleurs délais" , a déclaré Emmanuel MACRON.



 

Des ONG "exaspérées" par le "m'as-tu vu" à la télé

Sauf que, dans le même temps, à l'aéroport de Point-à-Pitre, des dizaines de secouristes arrivés avec le vol commercial Air France attendent avec des centaines de kilos de matériel de pouvoir accéder à Saint-Martin. 

Ils dénoncent une très mauvaise gestion perturbée encore un peu plus par la venue d'Emmanuel MACRON qui a réquisitionné les avions que les ONG devaient prendre pour s'acheminer sur place.

Thierry VELU, président fondateur du Groupe de Catastrophe Français, le GSCF, est atterré. C'est la première fois depuis 1989 qu'il constate "autant de manque de coordination, de manque d'information". "Exaspéré", il dénonce le "m'as-tu vu" à la télé du président français, alors que "des personnes sont actuellement en train de souffrir".
 
 
Son groupe espère trouver rapidement un moyen de transport "pour arriver le plus tôt possible auprès des victimes, parce qu'on voit très bien qu'il y a des besoins.Des personnes qui ont encore faim, qui ont un manque d'eau, qui ont un manque de médicaments." 

D'ici là, le GSCF "se pose vraiment des questions sur la prise en charge  des victimes dans un Etat qui est normalement la sixième puissance du monde".

Irma a fait au moins 11 morts et plusieurs disparus dans les îles françaises, quatre dans la partie néerlandaise, selon le dernier bilan. Au total, 27 personnes sont mortes dans les Caraïbes.
 
Vous pouvez adresser vos dons à:
 
GSCF - Libre réponse 78 505 - 59 659 Villeneuve d'Ascq, 
 
ou vous rendre sur notre PAGE DE DON. 

Retrouvez l'article dans son intégralité ICI




Contactez-nous

GSCF
BP 80 222
59654 Villeneuve d'Ascq Cedex


Tél : 04 67 55 84 28 

Formulaire de contact

Foire aux questions !

Offres d'emploi