Migrants : coup de gueule

Le 8 septembre 2015


Il y a quelques jours, le GSCF décidait de reporter, voire annuler,  l’aide apportée aux personnes SDF par manque de budget . (lire)

Nous venons d’apprendre que la FFF (Fédération Française de Football) octroie une aide pour les personnes dites "migrantes".  Même si l’intention est honorable, nous sommes étonnés.

En effet, nous sollicitons la FFF depuis des années pour aider les personnes SDF et nous essuyons systématiquement des refus. (lire)

Ce geste de la FFF montre que des institutions, artistes, collectivités,… surenchérissent l’aide et profitent d’une émotion passagère, celle de la mort d’un enfant, pour se valoriser.

Il est du devoir de la France d’accueillir et de protéger des personnes qui fuient leur pays comme cela fut le cas en  1979 en accueillant plus de 120 000  réfugiés vietnamiens et cambodgiens (boat people).

Mais, face à cette communication médiatique, artistique, politique, nauséabonde pour aider ces victimes. nous souhaitons apporter des précisions.

En effet, nous souhaitons rappeler que depuis des années les conflits existent et que des milliers de personnes sont mortes totalement dans l’indifférence et abandonnés par les grandes nations.

Aujourd’hui, une photo réveille les consciences, même s'il est tard pour se réveiller. Cet emballement médiatique et ces surenchères amènent les français à se diviser, voire à vouloir renvoyer de leur pays ces personnes.

Cette montée du rejet de l’aide à autrui marque l’amateurisme de nos dirigeants, au risque de diviser les français et de créer de nouveaux conflits, voire de faire faire monter l’extrémisme. 

En effet si notre gouvernement :

- précédent et actuel avaient donné un statut aux personnes migrantes arrivées à Calais en vérifiant leur nationalité et en installant des mesures de protection et/ou de renvoi, évitant ainsi des conflits et le raz le bol des calaisiens,

- avaient mis en place des mesures en amont et commencé  à accueillir des personnes fuyant un danger de mort,

-  avaient su expliquer qu’ils contrôlaient les arrivants et vérifiaient leur statut avant des les accueillir en France,

-  avaient su écouter les ONG sur la prise en charge des réfugiés, évitant probablement les drames qui se sont passés à Calais ou en mer,

-  avaient prêté attention à la situation et à la misère grandissante des français,

Et si notre Etat avait su trouver des mesures pour les personnes SDF sur une prise en charge humaine avec des solutions, nous ne
serions pas dans une situation de rejet de milliers de victimes de conflit et nous pourrions en accueillir beaucoup plus.

Comment expliquer que des personnes de notre pays meurent dans les rues et que nous trouvons par magie des lieux d’accueil rapidement ? 

Malheureusement, nous vivons à l’émotion et le problème est que l’émotion n’est que passagère, oubliant les souffrances à nos portes et dans les pays plus éloignés, plus silencieux.

Il est à souhaiter que nos dirigeants prennent rapidement des mesures pour endiguer la précarité grandissante des milliers de français (étudiants, ouvriers, demandeurs d’emploi, malades,...),  trouvent des solutions à long terme pour les personnes SDF, évitant ainsi des centaines de morts dans les rues chaque année.

Ce texte engage uniquement son auteur et non pas l'association du GSCF.

Thierry VELU 
Président du GSCF
 
 
 
 

Lexique de l’asile  : Lire 




Contactez-nous

GSCF
BP 80 222
59654 Villeneuve d'Ascq Cedex


Tél : 04 67 55 84 28 

Formulaire de contact

Foire aux questions !

Offres d'emploi