Mourir comme les victimes par manque de solidarité…

Villeneuve d’Ascq le 2 août 2013


Mourir comme les victimes par manque de solidarité…
Mourir comme les victimes par manque de solidarité…

Dans quelques mois, le GSCF aura quinze ans d’expériences, riches et intenses, auprès des victimes, auprès de leur souffrance, de leur douleur.  Comme elles, le GSCF mène un combat de tous les jours, celui de pouvoir exister, de se développer et de perdurer pour continuer d’aider.

Aider les victimes, c’est les sortir des décombres lorsqu’un séisme les a ensevelies, c’est mettre en place des dispositifs de potabilisation de l’eau, impure et contaminée, c’est leur procurer des soins parce qu’une catastrophe les a meurtries, c’est offrir un sac de survie à une personne SDF…Aider les victimes, c’est les écouter, entendre leur histoire dont personne ne voudrait, c’est prendre soin d’elles, les accompagner dans leur lutte pour survivre, pour ne pas mourir…

Aider les victimes, c’est entrer dans leur vie, et se battre pour qu’elle demeure, c’est leur donner sans compter notre bienveillance et notre solidarité. C’est considérer leur vie aussi importante que la notre et leur mort aussi tragique que celle de nos proches. Oui, mais voilà, depuis quelques mois, c’est le GSCF qui se meure, qui souffre de l’absence de solidarité et qui devra bientôt cesser son combat : Aider les victimes…

Depuis deux ans, le GSCF tente désespérément de remonter ses comptes tout en continuant l’aide aux personnes et aux pays qui nous sollicitent. Le combat est sans merci, nous avons frappé à toutes portes, réduit au maximum les dépenses mais le fait est que nos deux déficits annuels consécutifs se sont élevés à 37 400 euros.

Au maximum, nous avons continué de répondre présents aux victimes françaises, vivants dans la rue, aux populations haïtiennes, vivant toujours dans la misère la plus noire, au Cameroun, au Maroc mais aujourd’hui, le GSCF s’éteint.

Le GSCF meurt, comme les victimes, par manque de solidarité et avec un déficit de 15 000 euros. Bien sûr, ce déficit s’est résorbé (comparé au bilan négatif des 37 400 euros) mais ne permet pas la pérennité de nos actions.

Nous savons pourtant que vous êtes nombreux à nous soutenir indirectement : plus de 14 400 soutiens sur nos pages facebook, 30 000 nouveaux visiteurs sur notre site internet...Cela nous touche mais ne suffira malheureusement pas à notre survie.

Le mois d’août n’est surement pas le moment idéal pour vous interpeller. Moment de vacances, de partage en famille, de repos bien mérité, d’insouciance et d’éloignement des tracas du quotidien, et nous savons bien qu’ils sont nombreux et pas des moindres pour certains d’entre vous…Malheureusement, comme pour les victimes, on choisit rarement le moment de sa mort !

Une dernière fois, nous appelons à la solidarité. Il ne s’agit plus d’un appel à l’aide mais bien d’un appel au secours. Chaque don 5, 10,20, 100 euros nous est vital.

Ensemble, pour continuer d’aider les victimes, sauvons cette association, aujourd’hui victime de la crise. Faisons de cet été celui de la chaleur humaine afin que nous puissions continuer d’apporter à ceux qui ont tout perdu des petits rayons de soleil dans les mois et les années à venir.



                                                                                                                                Thierry VELU Président du GSCF


FAIRE UN DON
 

Don par chèque : Nous écrire sans affranchir à : GSCF – Libre réponse 78505 - 59659 Villeneuve d'Ascq

Carte bancaire : Formulaire

Prélèvement automatique : Ici

Site : www.gscf.fr 

Tél : 03 20 71 77 39





 




Contactez-nous

GSCF
BP 80 222
59654 Villeneuve d'Ascq Cedex


Tél : 04 67 55 84 28 

Formulaire de contact

Foire aux questions !

Offres d'emploi