Afrique du Sud : le bilan des inondations s’alourdit à 443 morts

Malgré le retour à un temps moins perturbé, le bilan des terribles inondations en Afrique du Sud s’est alourdi dimanche à au moins 443 morts dans la région de Durban. 63 personnes sont toujours portées disparues.

Le ciel presque sans pluie dimanche semblait offrir un peu de répit à l’Afrique du Sud, dont la côte Est a été frappée par des inondations qui ont fait 443 morts, selon un nouveau bilan, des dizaines de personnes étant encore portées disparues. 

La plupart des victimes ont été enregistrées dans la région de Durban, ville portuaire de 3,5 millions d’habitants dans le KwaZulu-Natal (KZN) ouverte sur l’océan Indien et où s’abattent depuis une semaine de fortes précipitations provoquant crues et glissements de terrain meurtriers.

Fin des pluies d’ici la fin de la semaine

« Le nombre de morts s’élève désormais à 443 », a déclaré le ministre de la province, Sihle Zikalala, lors d’une conférence de presse. 63 personnes sont toujours portées disparues. 

La pluie tombait encore à certains endroits mais de manière insignifiante comparé aux jours précédents. « Le risque d’inondation est faible dans le KwaZulu-Natal aujourd’hui », a assuré le prévisionniste Puseletso Mofokeng, de l’institut national de météorologie. « Les précipitations vont se dissiper complètement d’ici mercredi et jusqu’à la fin de la semaine prochaine ».

Ces derniers jours, ministres et chefs traditionnels, le roi zoulou Misuzulu Zulu et le président Cyril Ramaphosa, qui a reporté un voyage à l’étranger, se sont rendus sur le terrain pour évaluer l’étendue des dégâts et épauler les personnes endeuillées.

Appels à la prière

Des familles ont été décimées, perdant plusieurs membres en l’espace de quelques secondes. Des enfants, des bébés sont morts noyés ou ensevelis dans des coulées de boue.

En ce dimanche de Pâques, les appels à la prière pour les victimes se sont multipliés lors des rassemblements religieux. « C’est une tragédie aux proportions accablantes », a déclaré Thabo Makgoba, archevêque du Cap et successeur de Desmond Tutu, évoquant « un stress et une douleur » pour la communauté. 

Un soutien psychologique

Les secours sont toujours en état d’alerte mais ils reçoivent moins d’appels. « Le nombre de cas liés aux inondations a diminué », a déclaré Robert McKenzie, qui fait partie des secours. 

Près de 340 représentants des services sociaux ont été déployés pour apporter un soutien psychologique dans les zones impactées.

Actu des Pompiers humanitaires du GSCF.

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est GSCF_URGENCE-UKRAINE_Banniere_BV_-540x190px.png.