Alerte : important risque d’inondations en France prochainement

Cet article, volontairement court et synthétique, a pour objectif de prévenir d’un risque élevé d’inondations. Ce risque pourrait arriver dans les prochaines semaines, fin août et courant septembre, en raison de la baisse des températures. En effet, les orages surviennent quand il y a un important contraste thermique entre le sol et l’altitude. 

Afin que ce texte soit lu, mais surtout pour que des mesures préventives soient mises en place par les mairies, nous adressons cet article aux mairies et à la presse, qui, nous l’espérons, le partageront en prévention et non à l’issue d’un drame. 

En effet, tout en espérant que cela n’arrive pas, des mesures en amont doivent être prises. Une inondation rapide permet rarement de disposer d’un temps de réaction et d’alerte auprès des populations. 

Sécheresse 

Les vagues de chaleur à répétition que subit actuellement la France ont des effets visibles, comme la sécheresse, l’appauvrissement des cours d’eau et les feux de forêt.

L’appellation « sécheresse » est différente suivant l’endroit du monde où vous vous trouvez. Pour la France, elle correspond à un manque de pluie pendant 15 jours consécutifs.

Néanmoins, nous pouvons distinguer trois types de sécheresse : 

  • la sécheresse hydrologique, qui se caractérise par la baisse du niveau des cours d’eau, des rivières, des lacs, etc. ;
  • la sécheresse météorologique, correspondant à un déficit prolongé de précipitations ;
  • la sécheresse agricole, qui se caractérise par un déficit en eau dans les sols.

Cette sécheresse risque, dans les prochains jours et les prochaines semaines, d’entraîner des conséquences graves, comme des crues importantes.

Des phénomènes pourtant opposés vont se retrouver liés, et le risque d’inondation et de montée des eaux rapide sur un certain secteur sera très élevé, que ce soit en France ou en Europe.  

À la suite de la sécheresse importante qui sévit actuellement en France, mais également à la suite des incendies de forêt, plus particulièrement dans le sud de la France, le risque d’inondations importantes dans les prochaines semaines est à craindre. 

Après une période de sécheresse, les sols asséchés n’ont plus la capacité d’absorber correctement les précipitations. L’eau ruissellera, et cela pourra provoquer des crues, des inondations et des glissements de terrain. Ce phénomène sera amplifié dans des zones qui ont subi d’importants feux de forêt. En effet, les arbres et la végétation sont des obstacles naturels qui permettent de ralentir l’eau, offrant ainsi à la végétation et au sol la capacité de l’absorber. C’est pourquoi les zones qui ont été impactées par des incendies de forêt importants sont à surveiller.

À la suite de ces vagues de chaleur, il est à craindre que des précipitations et des orages arrivent. 

Plus il fait chaud, plus l’eau s’évapore, entraînant ainsi des nuages. L’air chaud monte en altitude et, dans cette ascension, emporte de la vapeur d’eau. Or, en montant, l’air chaud se refroidit et la vapeur se transforme en gouttelettes, créant des nuages et descumulonimbus, qui sont souvent associés à des phénomènes violents (orages, tornades, etc.).  

Comprendre les inondations 

Différents facteurs peuvent entraîner des inondations : le facteur naturel et le facteur faisant suite à des actions humaines réalisées directement ou indirectement. 

Quand nous parlons d’inondation, les causes sont variées : débordement de rivière, remontée de nappe phréatique, rupture de barrage, etc.

À prendre en considération également : les inondations pour les personnes vivant en bord de mer (submersion marine due à une tempête, à un ouragan, etc.), sans oublier les tsunamis. 

Il y a deux types d’inondations à connaître : lentes et rapides.

Les lentes font souvent référence à la sortie de l’eau du lit d’une rivière. Cette eau est bien souvent stagnante sur plusieurs jours, voire semaines. 

En ce qui concerne cet article, nous devons nous intéresser aux submersions rapides, qui, malheureusement, risquent d’impacter l’Europe et la France prochainement, et qui sont liées à desphénomènes météorologiques exceptionnels (orage, tempête, épisode méditerranéen…).

Pour comprendre (scénario)

La vague de chaleur risque d’entraîner dans les prochains jours des orages et des pluies importantes, qui, en raison de sols secs, ne seront pas absorbées. Ce facteur sera amplifié dans les zones où il y a eu des incendies de forêt. 

Les écoulements se déverseront dans des cours d’eau, qui gonfleront, tout en entraînant des sédiments et des éléments flottants (bois mort, etc.). Cela se traduira par une forte érosion du lit, entraînant un dépôt des matières transportées pouvant former un barrage, appelé embâcle, qui, s’il venait à céder, entraînerait une vague importante. 

Mesures 

Des mesures peuvent être prises en amont afin d’éviter le pire des scénarios. C’est dans ce cadre que nous invitons les communes régulièrement impactées par des crues importantes à prendre des mesures de protection en amont, à surveiller les bulletins météo, et à informer la population des mesures avant, pendant et après le phénomène.

Réserve opérationnelle du GSCF 

Le GSCF a mis en place une réserve opérationnelle qui a pour objectif de mettre du matériel à disposition des collectivités locales impactées par une catastrophe. 

Accès à cette réserve ici.

Nous restons à l’écoute des collectivités. 

Sites gouvernementaux : 

Vigilance sur les crues : www.vigicrues.gouv.fr

Connaître les inondations : www.gouvernement.fr/risques/inondation

Auteur : Thierry VELU, président fondateur des pompiers humanitaires du GSCF, spécialisé dans les risques naturels  

Auteur des livres : 

L’avenir, quel devenir ? L’homme face aux catastrophes naturelles, éd. Deux encres, 2010

Séismes et autres catastrophes : sommes-nous préparés ?, éd. Deux encres, 2005 

26 décembre 2004, Tsunami, le jour où la mer a tué, éd. Deux encres, 2005 

Soutenez les actions des pompiers humanitaires par un don maintenant.