Bordeaux : deux pompiers condamnés après la mort d’un octogénaire

Le 4 octobre 2008, les deux pompiers avaient déposé la victime d’un malaise cardiaque aux urgences de la clinique Saint-Martin à Pessac. Ce jour-là un véhicule du Samu et des travaux bloquaient l’issue de la rampe d’accès aux urgences.
 
En raison de cette configuration particulière, les pompiers avaient dû effectuer une marche arrière avec gyrophare et « bip » de recul pour repartir. Le Véhicule de secours et d’assistance aux victimes (VSAV) avait alors heurté dans le dos un homme de 88 ans, qui était venu rendre visite à son épouse hospitalisée. Il n’avait malheureusement pas survécu à ses blessures.
 
À l’audience du 13 mai dernier, le parquet a confié voir davantage une responsabilité civile que pénale dans le dossier. En défense, Me Éric Dassas avait plaidé la relaxe. « Il y a eu un mort. C’est terrible pour des pompiers dont la mission est justement de porter secours et sauver. Mais il n’y a pas dans ce cas de manquement délibéré à une obligation de prudence. La cause déterminante de cet accident est hélas une faute de la victime », avait-il estimé.
Le chef d’homicide involontaire a toutefois été retenu. Ils ont été condamnés par le tribunal de Bordeaux à deux mois de prison avec sursis et 85 000 euros de dommages et intérêts ont en outre été octroyés aux proches de la victime.

Une condamnation qui ne sera pas inscrite sur le bulletin numéro deux de leur casier judiciaire mais qui pèse déjà sur le moral des deux hommes venus en tenue entendre le délibéré.