Ces maladies que propage le dérèglement climatique

 

Image d’illustration du GSCF

Le choléra, le paludisme ou encore la fièvre typhoïde sont autant de maladies propagées par le dérèglement climatique.

El Nino représente un phénomène climatique assez inquiétant. Car selon une étude menée par des chercheurs de la NASA, et publiée dans la revue Scientific Reports, ses pluies diluviennes seraient à l’origine de la propagation de maladies , dont le choléra, qui a connu un pic en Tanzanie en 2015.

Mais ce n’est pas qu’El Nino qu’il faut craindre : le dérèglement climatique, de manière générale, entraîne un déplacement des maladies et une augmentation de leur fréquence.

“Actuellement, nous vivons une période d’instabilité climatique. C’est-à-dire qu’on passe du chaud au froid et du froid au chaud de manière plus brutale – avec une tendance au réchauffement” explique un médecin au CHU de Strasbourg.

Cela entraîne des tempêtes, de la sécheresse, une montée des eaux… Autant de phénomènes qui agissent sur les maladies, de différentes manières.

Les maladies transmises par l’eau et les moustiques

Il y a d’abord les maladies liées à l’eau, telles que le choléra ou la fièvre typhoïde. “Ce sont des maladies bactériennes. Les violentes tempêtes peuvent entraîner un manque d’accès à l’eau douce, car elles vont polluer toutes les eaux disponibles.” La maladie peut alors se transmettre en buvant, mais aussi en ingérant des aliments lavés avec de l’eau contaminée.

Puis, il y a celles qui sont apportées par les moustiques. “Dans certaines régions montagneuses d’Afrique, les populations qui vivaient en altitude étaient jusque-là préservées du paludisme, car les moustiques ne volaient pas à des niveaux aussi élevés à cause des températures. Maintenant, avec les effets du réchauffement climatique, ils peuvent aller plus haut dans cette zone. Et de nombreux nouveaux cas de paludisme sont donc recensés.” 

La chaleur, autre vecteur de problèmes de santé

Certains problèmes de santé sont directement liés à la température : le coup de chaleur – aussi appelé insolation – peut parfois tuer. Les populations fragiles telles que les enfants, les personnes âgées ou encore les malades chroniques en sont particulièrement victimes.

“C’est quelque chose qui arrive souvent en Inde, où il y a une augmentation constante de la température, majorée par l’effet de serre entraîné par les voitures et les camions” explique le médecin.

D’autre part, quand la chaleur s’élève de manière répétée, on constate une usure anormale du corps humain, qui “se défend beaucoup mieux contre le froid que contre le chaud.” Une usure qui peut entraîner “une déshydratation, de la fatigue et donc de l’insomnie. Les organes sont également moins perfusés (le processus qui alimente un organe en nutriments et oxygène nécessaires à son métabolisme), et cela peut causer une insuffisance rénale, des maladies cardio-vasculaires, cérébrales…”.

Puis il y a les conséquences indirectes : le réchauffement climatique et ses vagues de sécheresse vont faire diminuer la production agricole, ce qui dans certaines régions du monde va conduire à des famines.

 

Source : ouest france