Comment réagir si vous vous coupez en ouvrant vos huîtres

Les fêtes de fin d’année approchent à grands pas. Pour beaucoup elles seront l’occasion de poser une (ou plusieurs) douzaine d’huîtres sur la table. Mais avant de pouvoir les déguster, il faut les ouvrir et ce n’est pas aussi facile que de décortiquer une crevette.

La première chose, pour éviter de se blesser est de manipuler l’objet contondant au calme et sans se précipiter et prendre au moins un chiffon, au mieux des gants pour les ouvrir.

Si malgré tout, l’accident arrive, il faut savoir reconnaître deux types de plaies, qui ne nécessitent pas le même type d’intervention. Les plaies simples et les plaies graves.

Les plaies simples :

Pour les plaies simples ou coupures bénignes, il n’est pas nécessaire d’appeler les secours. Il suffit de désinfecter, de protéger avec un pansement et de vérifier que l’état n’empire pas, sinon appeler le médecin. C’est aussi le bon moment pour vérifier que ses vaccins sont à jour.

Il est impératif d’utiliser un désinfectant neutre, c’est-à-dire sans alcool, non colorant et sans iode, comme la Bétadine, qui peut provoquer des allergies.

Les plaies graves :

Les plaies graves concernent les morsures d’animaux, les délabrements, les plaies profondes causées par des objets contondants, les plaies avec hémorragies et toutes les plaies sur la face, le thorax et l’abdomen.

La première chose à faire est de placer la victime en position d’attente. Pour une plaie au thorax, cela signifie demi-assis ; pour une plaie aux jambes ou à l’abdomen, c’est fléchi, pour soulager la ceinture abdominale ; pour une plaie à l’œil, il faut fermer ou protéger l’œil sain et pour toutes les autres plaies, allongé, à plat dos.

Il faut aussi appeler les secours, au 15 ou au 18, couvrir la victime, ne pas la déplacer et ne pas lui donner à boire ou à manger.

Ne pas enlever l’objet s’il est toujours dans la plaie.
Si l’objet contondant est toujours dans la plaie, il ne faut surtout pas l’enlever. S’il n’y est plus et qu’il y a une hémorragie, il faut comprimer la blessure.

Pour les plaies, le principal risque est l’infection.

 

Source : Le Berry Republicain