En un SMS, les pompiers peuvent vous sauver la vie

Grâce à un logiciel conçu par un pompier de Vannes, l’envoi d’un simple SMS peut désormais permettre aux secours de vous localiser. Lancé dans le Morbihan, le système a été repris dans toute la France.
Utiliser un SMS pour localiser une victime ou un témoin qui appelle les secours, c’est l’idée qu’a eu le capitaine Martin Deroide pour permettre aux pompiers d’intervenir plus rapidement. Chef du service opérations au Service départemental d’incendie et de secours du Morbihan, le Sdis 56, et informaticien à ses heures perdues, il a eu l’idée de coder un tel programme en s’inspirant d’une application similaire déjà utilisée par les gendarmes de haute montagne.« Ils envoyaient un SMS avec un lien hypertexte à la personne qui appelle les secours, laquelle n’a qu’à cliquer dessus pour permettre à un site internet de récupérer les coordonnées GPS du téléphone. Je me suis dit que ça ne devait pas être très compliqué à programmer », raconte le pompier qui a enchaîné les lignes du code chez lui avant de proposer son application au Sdis 56. Fin 2015, son programme est opérationnel. Il est testé dans le Morbihan dès le début de l’année 2016.

Le 18 janvier, un randonneur qui ne se sent pas bien appelle les secours, expliquant se trouver dans une forêt à Carnac. L’opérateur lui envoie un SMS via le programme, il permettra de retrouver l’homme sur le sentier côtier de la rivière d’Auray. Plaisanciers dérivant au large, promeneurs en forêts, touristes étrangers… Les exemples de localisation grâce à l’application morbihannaise se multiplient. Cet été, une petite fille dont la grand-mère était coincée sous une carriole dans les landes de Monteneuf a ainsi pu être localisée, alors qu’elle n’arrivait pas à se situer.

Son efficacité prouvée, le programme imaginé par Martin Deroide a ainsi été repris dans 71 services départementaux français, des centres régionaux de surveillance et sauvetage en mer (Cross), cinq Samu et le CNR 114, le numéro d’urgence pour les personnes ayant une défaillance auditive.

« Ce service est gratuit pour les victimes et ne coûte que le prix des SMS pour les secours, soit 70 € les 1 000 SMS », explique le capitaine qui travaille sur une version améliorée qui permettrait d’envoyer des photos, voire à l’opérateur de prendre la main sur la caméra du téléphone pour se rendre compte de l’importance d’un sinistre ou d’alerter sans parler en cas de prise d’otages ou d’attaque terroriste par exemple.

« C’est une belle application qui met au service des secours l’outil de télécommunication le plus utilisé dans notre société, le téléphone portable », résume le colonel Cyrille Berrod, directeur du Sdis 56.

Source : l’édition du soir Ouest France