Évolution du GSCF : où en sommes-nous ?

Rappel

Le Groupe de Secours Catastrophe Français (GSCF) a été créé par Thierry VELU en 1999.

Fin 2019, le président du GSCF lançait un projet sur cinq ans pour réformer le GSCF.

À mi-parcours, où en sommes-nous ?

Les réformes 

Réforme I – Les moyens financiers 

La première réforme consiste en un développement de nos moyens financiers. Pour cela, Thierry VELU, en 2018, rencontre Jean-Paul KOGAN-RECOING, fondateur d’ONG Conseil. 

Les échanges, qui dureront une année, permettront de tisser une confiance mutuelle ; confiance qui, au fil des années, se transformera en amitié. 

Des actions sont mises en place avec ONG Conseil, l’objectif étant de réaliser des collectes de fonds en face à face dans de nombreuses villes en France et de trouver des donateurs réguliers.   

Évolution de nos ressources depuis 2017

Ces ressources sont uniquement les moyens du GSCF et n’englobent pas les finances du Fonds de dotation et d’Urgence SDF.

2017 – 276 427 euros

2018 – 215 685 euros

2019 – 334 212 euros

2020 – 778 301 euros

2021 – Les ressources dépassent 1 100 000 d’euros, avec un investissement de plus de 3 000 000 euros (comptes à l’heure de l’écriture de ce texte, en cours de vérification par notre comptable et commissaire aux comptes)

Réforme II – Changer nos statuts 

Nous devions changer nos statuts. Accompagnés de nos conseils, les avocats du groupe TAJ, il est décidé de changer les statuts du GSCF et de créer deux associations. 

Une pour soutenir les personnes à la rue : Urgence SDF.

La seconde sera un fonds de dotation ayant pour objectif de soutenir le GSCF, comme Urgence SDF.

Réforme III – Amplifier les actions et les programmes de développement 

De nombreuses missions ont pu être réalisées grâce aux programmes de collectes de fonds en face à face, la première ayant été la réponse que nous avons apportée lors du premier confinement de la COVID-19, où nous avons distribué des milliers de masques auprès des soignants, y compris dans les hôpitaux. La seconde, nous la vivons actuellement avec l’engagement du GSCF auprès des Ukrainiens. 

Mais aussi, dernièrement, avec la mise en place d’une réserve de matériel, qui reste une première en France.

L’avenir et les projets

Moyens financiers

Sur le plan financier, le GSCF poursuit ses actions de collecte de fonds avec ONG Conseil, mais aussi, depuis le début de l’année, avec Fidelis. 

Les investissements sont importants et nous devrions, comme nous l’avons prévu, commencer à nous stabiliser sur le plan financier à la fin de l’année 2024, où nous estimons disposer d’une source de revenus estimée à plus de 5 000 000 d’euros pour le GSCF. 

Locaux et adhérents

Une base logistique sera mise en place, ainsi que des bureaux, d’ici deux ans, sur la France.

Nous souhaitons disposer de 1 000 adhérents opérationnels d’ici la fin 2022 et de 5 000 pour la fin 2024, répartis de la manière suivante : 4 500 opérationnels sur la France et 500 sur l’international. 

Dans les prochains mois, une réforme et une ligne de conduite seront mises en place pour le recrutement des adhérents. 

Actions

Les actions continueront à s’amplifier et, fin 2024, une permanence en personnel sera mise en place pour répondre aux urgences sur le plan international lors de la survenue d’une catastrophe naturelle ou humaine.

Centre de formation : un centre de formation est à l’étude dans le domaine humanitaire.

Soutien aux petites associations : nous souhaitons, dans les prochaines années, tendre la main aux petites associations afin de les aider dans leur développement. Pour Thierry VELU, de nombreuses petites associations réalisent un travail formidable. Quand nos moyens sur le plan humain, mais également financier, nous le permettront, nous mettrons en place des soutiens auprès des associations qui le souhaiteront.

Communications

Des axes d’amélioration seront réalisés sur notre communication, mais aussi sur le suivi des donateurs. En effet, pour Thierry VELU, le GSCF doit garder son esprit associatif et ses valeurs, quels que soient ses futurs budgets. Un donateur ne doit pas être qu’un nom, il doit être informé, respecté, écouté et surtout entendu.   

CRM : notre base de données est développée par la société TOP DATA, en collaboration avec Frédéric BEGHI, son gérant, qui nous permet de gérer la base pour l’ensemble de nos donateurs.

La communication de crise est dorénavant conseillée par Virginie BOMPOINT, directrice de la société ARMAE, qui sera également notre conseil dans le cadre de notre communication dans les prochains mois.

Concepteur de nos sites Internet : Cédric SAULET, gérant de la société Mobile Money

Conclusion 

Nous souhaitons remercier l’ensemble des personnes qui nous soutiennent (donateurs, adhérents, collectivités locales, etc.), sans oublier ONG Conseil et son président pour sa confiance, mais également la société Fidelis, nos conseils, le groupe TAJ, etc. 

Nous arrivons presque à mi-parcours dans notre réforme, qui évoluera en fonction de nos avancées. Notre conseil d’administration se réunira dans les prochains jours pour nous permettre de poursuivre nos actions et discuter de notre avenir. 

Afin de poursuivre cette aventure humaine, ce développement, mais aussi pour continuer à sauver des vies, plus que jamais, nos pompiers humanitaires ont besoin de vous et de vos soutiens.