Incendie en Grèce: au moins 50 morts selon un bilan provisoire

Des incendies meurtriers ravagent depuis lundi la Grèce autour de sa capitale. Dans un bilan encore provisoire, le gouvernement grec déplore au moins 50 morts  dont 26 retrouvés dans une villa de Mati, au nord-est d’Athènes.

Selon un dernier bilan toujours provisoire, les incendies incontrôlés depuis lundi autour de la capitale ont déjà fait au moins 50 morts.

Les corps de 26 victimes carbonisées ont notamment été découverts dans une villa de Mati à 40 kilomètres au nord-est de la capitale grecque. Le gouvernement d’Alexis Tsipras déplore aussi plus de 150 blessés.

La plupart des victimes des incendies ont été piégées à leur domicile ou dans leur voiture selon le porte-parole du gouvernement grec. Par ailleurs onze blessés sont dans un état grave.

Pour lutter contre les flammes attisées par la chaleur, la sécheresse et un vent à plus de 100 km/h, d’importants moyens sont déployés : plus de 600 pompiers aidés dans les airs par des hélicoptères bombardiers d’eau.

Dans les régions sinistrées, les vidéos et images montrent des dizaines d’habitants et touristes en train de fuir les flammes. “Si je n’étais pas partie, j’aurais brûlé” témoigne Maria. La retraitée de 67 ans, habitante à Mati, a même dû abandonner ses deux chiens pour fuir avant l’arrivée du feu. De nombreux rescapés sont conduits vers des hôtels et des camps militaires.

Devant l’ampleur de la catastrophe, la Grèce active le mécanisme européen de protection civile qui permet d’obtenir l’aide des partenaires partenaires européens. L’Espagne a déjà annoncé l’envoi d’avions bombardiers d’eau, et Chypre une équipe de 60 pompiers.

Pour le Premier ministre grec, Alexis Tsipras “l’heure est à la lutte contre les flammes”. Les opérations aériennes, menées par huit avions et neuf hélicoptères ont repris ce mardi matin.

Les incendies de forêt et de maquis sont récurrents l’été en Grèce. En 2007, d’importants feux avaient détruits 250.000 hectares dans le Péloponnèse et sur l’île d’Evia tuant 77 personnes.

 

Source: france bleu