Indonésie : des milliers d’enfants sans toit 6 mois après le séisme de Palu

Des dizaines de milliers d’Indonésiens dont quelque 6000 enfants vivent encore dans des abris temporaires après le tremblement de terre suivi d’un tsunami qui a dévasté la région de Palu, en Indonésie, il y a 6 mois.

Le séisme de magnitude 7.5 et la vague mortelle destructrice qui a suivi ont dévasté la côte ouest de l’île des Célèbes le 28 septembre dernier, tuant plus de 4300 personnes selon l’agence de gestion des catastrophes.

Quelque 170 000 habitants de Palu et de sa région ont perdu ou ont dû abandonner leur domicile et des quartiers entiers sont en ruine, même si l’activité a repris dans le reste de la ville.

Au moment du séisme, des quartiers entiers se sont littéralement enfoncés dans la terre en raison des secousses telluriques, un processus connu sous le nom de liquéfaction.

Le désastre a endommagé des dizaines de milliers de bâtiments mais aussi des bateaux de pêche, des magasins et des systèmes d’irrigation clés pour les agriculteurs, réduisant de nombreux habitants au chômage.

Les sapeurs-pompiers humanitaires du GSCF s’étaient mobilisés pour soutenir la population et les secours Indonésiens en se rendant sur les lieux dans les jours qui ont suivi le cataclysme.

Les SAR (Search and Rescue) indonésiens ont ainsi reçu du matériel de secours, et notamment un vibraphone, pour leur permettre de localiser les victimes sous les décombres lors de prochains tremblements de terre, ces derniers étant des phénomènes récurrents en Indonésie.

Au cours de cette année 2019, et sur demande des SAR, les sapeurs-pompiers humanitaires retourneront sur place, pour poursuivre le travail effectué dans le cadre du partenariat en place depuis plusieurs années.

Pour accéder au rapport de mission : lire.