Indonésie: les secours français à la pointe en recherche des victimes

Spécialisé dans la recherche et le sauvetage de personnes dans les zones sinistrées, le GSCF est en route pour aider les secours indonésiens.

“On arrive à Djakarta dans quelques heures. Pour la suite, impossible à prévoir.” Thierry VELU, président du GSCF, s’apprête, avec trois autres sapeurs-pompiers, à épauler pendant 8 jours les secours indonésiens dans la recherche de victimes après le séisme suivi d’un tsunami ayant frappé l’île des Célèbes, le vendredi 28 septembre. 

Le bureau de coordination des affaires humanitaires de l’ONU a estimé, ce lundi, à 191000 le nombre de personnes ayant besoin d’une aide humanitaire d’urgence.

Le bilan officiel s’élevait, ce mardi, à plus de 1200 morts. Un certain nombre de disparus est encore prisonnier des décombres et bâtiments effondrés de la ville de Palu et des campagnes entourant la métropole de 350000 habitants, durement frappée à l’arrivée du tsunami.

“Nous emmenons plus de matériel que d’hommes, c’est ce dont ils manquent le plus” explique M. VELU. Caméra de recherche, scanner permettant de détecter des corps enterrés, géostéréophones pour repérer des vibrations de victimes tentant de se dégager des décombres… Certains outils sont amenés à rester sur place, pour servir aux secours locaux une fois les sapeurs-pompiers français de retour en France.

“Notre mission se fait dans l’urgence, mais aussi pour l’avenir” souligne le président du GSCF.

En période de crise, l’accès au pays ne se fait qu’avec l’accord officiel du gouvernement, que le GSCF a rapidement obtenu au titre d’un partenariat vieux de plus de 10 ans avec les équipes de secours indonésiennes.

Le GSCF a mis en place une cagnotte solidaire au profit des Indonésiens.

Vous pouvez également faire un don ICI.

 

 

Source: le monde