Le Ministre Manuel Valls saisit quant à la protection des sapeurs-pompiers en intervention

Le Ministre Manuel Valls saisit quant à la protection des sapeurs-pompiers en intervention
Président du conseil général de Haute-Garonne et du service départemental d’incendie et de secours (Sdis), Pierre Izard a écrit au ministre de l’Intérieur, Manuel Valls, «pour lui demander de procéder dans les plus brefs délais à une évaluation de la situation en vue d’assurer la protection des sapeurs-pompiers dans leurs missions». Pierre Izard a par ailleurs «condamné avec fermeté» les agressions dont viennent d’être victimes les sapeurs-pompiers de la Haute-Garonne. «Il est intolérable que ceux qui se dévouent au quotidien pour aider les autres soient ainsi mis en danger» considère le président PS du conseil général.

Dans un communiqué, les élus de la ville de Toulouse disent aussi condamner «ces actes irresponsables qui remettent en cause le vivre ensemble et la tranquillité des habitants. Ces agissements d’une minorité qui portent préjudice au plus grand nombre montrent la nécessité de continuer le travail entrepris sur la citoyenneté et le respect des valeurs de la République».

A droite, le député UMP Jean-Luc Moudenc dénonce «un acte d’une grande lâcheté. J’espère que les auteurs de cet acte imbécile seront condamnés avec la plus grande sévérité, pour l’exemple». D’un point de vue plus politique, le président de l’UMP de Haute-Garonne «note que ces graves incidents sont survenus deux jours à peine après le passage du maire sortant et de deux ministres socialistes, venus vanter leur politique pour les quartiers. Cet évènement montre que la réforme de la politique de la ville sera vaine si elle ne s’accompagne pas d’une volonté forte d’y faire prévaloir l’ordre républicain».

Pour Christine de Veyrac, candidate UDI à la mairie de Toulouse, «il est urgent de remettre de l’ordre dans les quartiers. Au delà de l’acte inadmissible perpétré à l’encontre de ces deux hommes, les délinquants ont mis en danger la vie de deux personnes qui avaient besoin d’être secourues. Pour me rendre régulièrement dans ces quartiers, et en particulier à La Reynerie, j’ai pu observer le ras-le-bol général des riverains qui demandent simplement à vivre en toute sécurité et sérénité. Une poignée de délinquants met à mal cette valeur de base qu’est le vivre-ensemble, et ça n’est plus possible».

Pour le syndicat de police Unité-SGP Police, «c’est un comportement inqualifiable qui une nouvelle fois illustre les conditions de travail de la force publique dans certains quartiers de Toulouse. Qu’il s’agisse de la police, des pompiers ou des médecins et du SAMU, les invectives et prises à partie sont de plus en plus fréquentes, et les scènes de caillassage et jets de projectiles pourraient à tout moment dégénerer et occasionner des blessures.» «Ces provocations sont inacceptables, poursuit Didier Martinez, secrétaire régional, qui condamne fermement ces agissements récurrents dont les auteurs lorsqu’ils sont identifiés et interpellés sont trop souvent hélas très faiblement voire pas sanctionnés. Un manque de fermeté qui accentue le sentiment d’impunité de certains délinquants qui ont décidé que le quartier leur appartenait et contestent toute présence de l’Etat.

Le Réseau Fluvial Toulousain condamne avec fermeté toutes ces agressions, comme celles de ce week end «contre nos collègues.» «Par leurs interventions les pompiers protègent la vie de leurs concitoyens ! Caillasser les pompiers est une agression inacceptable sur ceux qui risquent leur vie pour les autres au nom du service public ! Nous connaissons, nous aussi régulièrement les incivilités, les agressions le long du Canal, de la Garonne,…., trop souvent nous sommes dans l’obligation de reculer et d’abandonner les berges ! Toulouse, ville de solidarité ne doit pas rester silencieuse».