Opodo cause un préjudice important aux pompiers humanitaires du GSCF

Ce 9 mai, le GSCF avait prévu de se rendre en Croatie dans le cadre d’un soutien humanitaire et de programmer les interventions pour l’année en cours, le pays étant une zone où le GSCF est implanté.

La réservation par le GSCF a été réalisée sur le site Opodo, du groupe Edreams, et GO Voyages, dirigé par Monsieur Dana Dunne. 

Ce choix de réservation sur le site Opodo nous a permis de disposer de billets à des tarifs raisonnables.

Nous disposions d’une correspondance à Stuttgart en Allemagne pour nous rendre à Zagreb.

Or notre vol à destination de Stuttgart n’est pas arrivé à l’heure, ne permettant pas à l’équipe de prendre le vol pour Zagreb. Les deux vols ont été assurés par la compagnie aérienne Eurowings. 

Notre équipe a tenté de trouver une solution avec Eurowings, qui ne dispose d’aucun service en français ni en anglais, la seule langue étant l’allemand. 

Nous avons demandé à plusieurs reprises une assistance et une solution à Opodo, qui ne souhaite rien entendre et qui nous a bien fait comprendre que cela n’était pas leur problème.

N’ayant pas trouvé de solution rapide pour nous rendre en Croatie, la mission a été reportée et l’équipe a regagné son point de départ.

Le préjudice financier engagé par le GSCF est important : billets d’avion, déplacement, transport du matériel, etc.

Si nous alertons sur ce cas qui doit arriver à des milliers de voyageurs, c’est qu’aujourd’hui il est très compliqué de régler ce litige, n’ayant pas d’adresse physique vérifiée en France. Opodo a son siège social à Londres et Edreams à Barcelone.

Au-delà de notre problème qui peut paraître mineur, c’est une mise en garde que nous faisons sur les pratiques très douteuses de ces sites de voyages en ligne et leur mode de fonctionnement, qui peuvent, par leur manque de considération pour leur client, causer des préjudices importants. 

Bien entendu, nous allons entamer des poursuites auprès de la société Opodo, pour le préjudice subi, mais également signaler ces faits, même si nous ne sommes pas les premiers, auprès de différents organismes d’État. 

Nous sommes très surpris que de telles sociétés, en France, qui est loin d’être laxiste sur les escroqueries, continuent d’exercer, sans être inquiétées. 

Tout partage de cette publication est vivement encouragé.