Ouragan Beryl: la Martinique et la Guadeloupe en alerte jaune

Les autorités des Antilles ont placé la Martinique et la Guadeloupe en vigilance jaune ce vendredi à l’approche d’un ouragan de catégorie 1, première alerte depuis l’ouragan Irma qui a ravagé les Caraïbes en septembre (lire).

Même s’il est pour l’instant à 1 500 kilomètres des Antilles, et loin d’avoir la puissance de l’ouragan de catégorie 5 qui a dévasté les Caraïbes il y a 10 mois, le cyclone Beryl a poussé les autorités à communiquer.

“Le phénomène devrait concerner l’arc antillais dimanche en fin d’après-midi. Le risque sera essentiellement lié aux fortes pluies orageuses localement intenses avec de forts coups de vent. A ce stade, la trajectoire du phénomène demeure cependant incertaine” indique la préfecture de Martinique dans un communiqué.

L’approche de l’ouragan devrai entraîner dimanche “une dégradation modérée du temps en journée et une augmentation de l’intensité des pluies en soirée. Les rafales de vent pourraient atteindre les 100 km/h” ajoute dans un autre communiqué la préfecture de Guadeloupe.

Les deux préfectures invitent à se tenir informés de la situation régulièrement, vérifier ses réserves en alimentation, en au, en éclairage, en médicaments, vérifier son poste de radio et ses piles, éviter d’entreprendre de longues randonnées, et ne pas prendre la mer pour une longue période.

La collectivité de Saint Martin, île où l’ouragan Irma a fait 11 morts dans la partie française, a précisé que “si un phénomène pluvieux venait à directement concerner nos îles” elle ouvrirait 3 abris cycloniques pour les personnes sinistrées vivant sous tente ou bâche et leur permettre de se mettre au sec.

Le GSCF est intervenu à plusieurs reprises sur Saint Martin, suite à l’ouragan Irma, plus précisément dans le quartier d’Orléans.

Nos équipes, en ce début de saison cyclonique, restent particulièrement attentives et se tiennent prêtes à porter secours.

Vous pouvez soutenir nos actions: Faire un don.
Pour consulter nos rapports de mission: accès.
Source: le progrès