Quatre sapeurs-pompiers intervenants en Haïti honorés

Quatre sapeurs-pompiers intervenants en Haïti honorés
Quatre pompiers ont été décorés de l’Ordre national du Mérite samedi, lors de la journée nationale des sapeurs-pompiers. Ils s’étaient rendus en Haïti dès le lendemain du tremblement de terre du 12 janvier 2010.
La journée nationale des sapeurs-pompiers, initiée par l’État en 1997, est l’occasion de rendre hommage aux sapeurs-pompiers décédés dans l’année et de manifester la reconnaissance de la nation à l’égard des acteurs de la sécurité civile.
Un des temps forts de la journée fut la remise de l’insigne de Chevalier de l’Ordre national du Mérite, par le préfet de la Martinique, Laurent Prévost, à quatre sapeurs-pompiers afin de récompenser leur action lors de leur intervention en Haïti en janvier 2010.
La cérémonie s’est déroulée au centre de secours du Fançois samedi matin, sous un soleil de plomb et en présence de nombreuses personnalités civiles et militaires dont, outre le préfet, Christian Edmond-Mariette, président du conseil d’administration du service départemental d’incendie et de secours, et Maurice Antiste, sénateur-maire du François.
Le lieutenant José Gourpil, l’adjudant-chef Guy Rudel, le caporal-chef Frédéric Régina et le caporal-chef Eddy Réjoui ont fait partie du premier détachement français déployé en Haïti le 13 janvier 2010.

UNE GRANDE RECONNAISSANCE

Pendant huit jours, ils se sont investis dans les opérations de secours et de déblaiement, contribuant à sauver des vies dans des zones dangereuses. Ils font partie des derniers récipiendaires de la promotion de l’Ordre national du Mérite présentée en mars 2010 à la présidence de la République.
Après avoir lu le message du ministre de l’Intérieur, Manuel Valls, exprimant sa « grande reconnaissance envers les sapeurs-pompiers qui servent notre pays avec un sens remarquable du sacrifice » , le préfet de la Martinique, Laurent Prévost, rendait un hommage solennel aux quatorze pompiers décédés lors des douze derniers mois sur le territoire national. Puis il remettait leur insigne aux quatre sapeurs-pompiers, avant qu’un vin d’honneur permette à tous de se retrouver et d’échanger.