Sapeurs-pompiers: la cagoule ne protège pas des substances toxiques

La campagne de lutte contre les feux de forêts 2018 est lancée ce vendredi 1er juin. 35 000 sapeurs-pompiers et sapeurs-sauveteurs seront mobilisés cet été pour lutter contre les flammes. Mais face à des feux de plus en plus virulents, les soldats du feu sont-ils suffisamment protégés lors de leurs interventions?

C’est la question à laquelle le Centre d’Essai et de Recherche de l’Entente Méditerranéenne (CEREM) s’est efforcé de répondre dans un rapport publié le 25 mai dernier. Et la réponse apportée ne souffre d’aucune ambigüité.

“La cagoule portée par les personnels en intervention sur les feux de végétation ne permet pas de filtrer les particules fines ni les composés chimiques contenus dans les fumées” conclue l’auteure de cette étude.

Les substances les plus préoccupantes actuellement identifiées sont, entre autres: le monoxyde de carbone, le benzène, l’hydrogène sulfuré. Des analyses révèlent un taux de 4.2 mg/m3 de benzène par exemple, une substance classée cancérigène par le centre international de recherche contre le cancer (CIRC). Or, les seuils d’exposition réglementaires sur 8 heures de travail sont de 3.25 mg/m3, comme le rappelle le rapport.

Les fumées contiennent aussi des particules et en particulier des particules ultra-fines, qui, une fois respirées, sont susceptibles de passer dans le sang à travers les alvéoles pulmonaires. Elles sont suspectées d’augmenter ainsi le risque de maladies cardio-vasculaires et de cancers.

De surcroît, les sapeurs-pompiers subissent des intoxications au CO à la fois chroniques et aigües, lorsqu’ils interviennent sur les feux de forêts. “A un taux dans le sang supérieur à 15%, l’intoxication se traduit par des nausées, des vomissements, des vertiges avec incapacité à se déplacer, voire un évanouissement ou un coma” rappelle le Cerem.

 

Source: ici