Sécheresse au Cap: la bataille est gagnée, mais pas la guerre

Alors que la France et le reste de l’Europe brûlent sous des températures caniculaires, la ville du Cap accueille des pluies plus que bienvenues.

Après des longs mois d ‘inquiétude face à l’assèchement des réserves d’eau municipales, les Captoniens espèrent voir bientôt lever les restrictions, même si la menace d’une pénurie n’est pas encore tout à fait écartée.

Trois années de sécheresse inédite, aggravée par le phénomène climatique El Nino, avaient installé un air de panique fin 2017  dans la province du Cap occidental. “Nous avons atteint un point de non-retour”  avait alors annoncé gravement la maire du Cap en janvier 2018: la ville risquait de devenir la première métropole du monde privée d’eau.

Le “Jour Zéro”, où plus une goutte ne coulerait des robinets, était initialement annoncé pour avril 2018: l’armée prendrait alors en charge la distribution de l’eau en bouteille, avec une limitation à 25 litres par personne et par jour. Une perspective inquiétante, dont les éventuelles conséquences sur la vie quotidienne des habitants alarmaient les experts.

Plus de 7 mois plus tard, et alors que la date fatidique du Jour Zéro a été reportée plus d’une fois, l’eau coule toujours dans les salles de bains et cuisines du Cap.

Ce ne sont pas seulement les giboulées des mois de mai et juin qui auront sauvé la ville; les efforts de la municipalité et de ses 4 millions d’habitants y ont compté pour beaucoup.

La population a en effet réussi à réduire de moitié sa consommation d’eau par rapport aux chiffres de 2015. Les réservoirs de la province sont aujourd’hui remplis à 57% de leur capacité.

 

Source: géopolis