Un an après les inondations en Europe

Il y a un an, le GSCF intervenait sur les inondations en Europe. 

Suite à ce retour d’expérience proche de notre frontière, mais aussi suite au risque d’inondation qui reste l’un des aléas les plus courants en France, le GSCF a mis en place une réserve opérationnelle. 

Cette réserve opérationnelle de matériel unique en France peut être demandée par les mairies gracieusement lors d’un événement majeur afin qu’elles puissent notamment aider leur population. 

Néanmoins nous ne pourrons pas faire de miracle. C’est en amont que les mairies doivent se renseigner sur la possibilité de disposer de notre matériel et connaître les modalités de déclenchement de nos équipes.  

Lors de l’arrivée d’une catastrophe, il est trop tard, et le manque d’anticipation entraînera obligatoirement des retards dans le déploiement de notre matériel. 

Thierry VELU

Pour Thierry VELU, Président du GSCF, on oublie souvent les événements du passé. 

Beaucoup de structures travaillent à la suite d’un événement majeur, comme ce fut le cas pour les attentats, où chacun souhaitait son plan de mise en sécurité et d’intervention. Puis le temps laisse place à l’oubli. Nous passons d’un drame à un autre, comme celui, actuellement, des incendies de forêt et de la sécheresse, jusqu’à la prochaine catastrophe qui sera médiatisée. 

Au GSCF, nous nous préparons à répondre à des risques majeurs pour soutenir les populations, mais aussi pour donner des moyens aux collectivités afin d’essuyer les stigmates d’une catastrophe. 

Nous continuerons à investir pour notre réserve de matériel, nous la développerons, nous travaillerons sur la communication, etc. Espérons maintenant que les collectivités y prêtent attention avant l’arrivée d’une catastrophe.

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est faire-don-horizontal.png.