Wattrelos (59): Des pompiers en intervention attaqués à coups de marteaux

Emotion ce lundi matin à la caserne des sapeurs-pompiers de Roubaix, après l’agression de 3 de leurs collègues, dimanche soir, à Wattrelos.

Ils ont été frappés à coups de marteaux alors qu’ils prodiguaient des soins à une jeune femme. Ironie de l’histoire: cette agression intervient alors qu’on fête la Sainte-Barbe, le saint patron des soldats du feu.

Pour les sapeurs-pompiers de Roubaix, comme partout ailleurs, plus aucune intervention n’est considérée comme classique. Cette de dimanche soir, à Wattrelos, est une nouvelle piqûre de rappel.

Vers 20h40, une ambulance des sapeurs-pompiers de Roubaix se rend dans un appartement situé rue Carnot à Wattrelos. Il s’agit pour les secours de prendre en charge une jeune fille victime d’un malaise. Sur place, ils “tombent sur un différend familial”. 

Les pompiers décident d’emmener la jeune femme à l’hôpital. Des personnes présentes refusent et tentent de s’interposer. Le ton monte. Les trois soldats du feu décident alors, a minima, de conduire la victime dans leur ambulance. Une initiative qui cristallise encore plus les tensions dans l’appartement. Pour une raison encore indéterminée, les proches de la victime refusent qu’elle aille à l’hôpital.

Les trois pompiers en arrêt de travail

Selon les premiers éléments communiqués, c’est à ce moment-là que plusieurs voitures déboulent sur les lieux avec une quinzaine de personnes à bord. Certaines sont armées de marteaux et/ou barres de fer, et s’attaquent aux pompiers.

Le chef d’agrès, responsable de l’équipage, qui passait son bilan au médecin du Samu, essuie les premiers coups. Deux autres de ses collègues qui vont s’interposer seront également frappés.

La police sera appelée sur les lieux. En vain.

Finalement, l’ambulance a quitté les lieux avec la jeune femme à son bord. Celle-ci a pu être hospitalisée.

Les 3 pompiers ont été légèrement blessés mais l’émotion est grande, ce matin, à la caserne de Roubaix. L’équipage est actuellement en arrêt de travail.

Des plaintes ont été déposées au commissariat de police de Tourcoing.

 

Source: la voix du nord